Football

Si les bleus vont jusqu’aux prolongations contre la Belgique, il leur faudra du sucre !

En cas de prolongation, les bleus devront avoir un apport en glucide pour maximiser leur performance à ce moment crucial.

On se souvient tous de la finale de la coupe du monde de 2006, marquée par la défaite des bleus contre l’Italie aux tirs aux buts, après 30 minutes de prolongations. Nous souhaitons évidemment un autre sort à la France lors de son match de demi-finale contre la Belgique le mardi 11 juillet, mais il est possible que celui se prolonge s’il y a match nul après 90 minutes de jeu. Dans ce cas, il sera très important que les joueurs consomment des glucides à la pause pour mettre toutes les chances de leur côté.

Un apport nutritionnel nécessaire

Pendant les prolongations, les joueurs doivent encore dépenser de l’énergie en courant des kilomètres en plus à une grande vitesse. Or, après 90 minutes de jeu, c’est loin d’être évident. En effet, les prolongations sont souvent le moment où la performance des joueurs sont les plus approximatives. C’est d’ailleurs la conclusion d’un article publié dans la revue Journal of Sport Sciences en 2015, qui montrait qu’en Premier League, les joueurs tentent moins de dribbles et effectuent davantage de passes ratées en prolongations. Et même après l’effort, les conséquences d’un match à rallonge se font sentir sur le corps jusqu’à 2 jours plus tard. 

Après 90 minutes de jeu, la fatigue liée à l’effort se fait déjà ressentir dans le corps. Les facteurs psychologiques ne sont également pas à négliger, mais d’après le Dr. Liam Harper, directeur d’une nouvelle étude sur la question, le corps commence à utiliser la graisse du corps pour la transformer en énergie après la limite d’1h30 de jeu. Or, ce nouvel apport est moins efficace que le sucre directement consommé pour garantir un effort intense.

Se rassasier à la pause !

Pour éviter cela, il est donc nécessaire de donner un nouvel apport en glucide aux joueurs avant les prolongations. Ainsi, dans le cadre de cette étude menée à l’université de Huddersfield, des gels à base de glucide ont été administrés à des joueurs professionnels dans ces conditions. Et les scientifiques n’ont pu que constater une importante amélioration de leurs performances.

Des tests vont également être menés pour mesurer l’efficacité de chewing-gum à la caféine avant les prolongations. Dans tous les cas, ces expériences serviront à mieux informer les préparateurs sportifs, qui ne parviennent pas tous à faire avaler quelque chose à leurs joueurs avant la reprise.

 

Publié le dimanche 8 juillet 2018 à 14:23, modifications dimanche 8 juillet 2018 à 11:48

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !