Contrôleur aérien : Ce métier très bien payé pour travailler un jour sur deux

Par Nassim Terki Publié le 25/04/2024 à 11:30
rémunération d'un employé Contrôleur aérien

Le contrôleur aérien bénéficie d'un départ à la retraite anticipé et d'un salaire attractif.
Mobilisation et grève annoncées pour contester la réforme du contrôle aérien.
Des règles strictes de gestion du temps et des primes incitatives.

Dans le ciel français, les contrôleurs aériens sont les maîtres du jeu, jonglant entre les nuages et les avions avec une expertise sans pareille.

Alors que les contrôleurs aériens ont renoncé à une grève ce jeudi, Le Figaro dresse un portrait du statut particulier de ces professionnels et des avantages dont ils bénéficient.

Les gardiens du ciel, un métier crucial, des revendications vigoureuses

Bien que leur nombre soit limité, les contrôleurs aériens ont un impact majeur sur le trafic aérien lorsqu'ils se mobilisent. Opposés au projet de réforme du contrôle aérien proposé par la DGAC, le syndicat majoritaire, le SNCTA, prévoit une mobilisation record pour la grève de jeudi. Des annulations de vols sont à prévoir à travers la France, et une nouvelle grève est déjà envisagée pour le pont de l'Ascension les 9, 10 et 11 mai.

Ces professionnels, ingénieurs fonctionnaires de catégorie A, sont formés à l'École nationale de l'aviation civile pendant 5 ans, et étaient au nombre de 4000 en 2022. Bien que leur métier soit méconnu du grand public, leurs avantages suscitent régulièrement des débats lors de leurs mouvements sociaux. 

Au cœur du ciel et de la contestation : le contrôleur aérien face à la réforme

Les contrôleurs aériens bénéficient d'une disposition particulière en matière de départ à la retraite, fixé à l'âge de 59 ans, soit 5 ans de moins que la moyenne des Français. Arnaud Aymé, spécialiste des transports chez Sia, souligne que la réforme des retraites récente n'a pas modifié cet aspect, déclarant que « la législation européenne impose cet âge en raison des critères médicaux liés à la détention de la licence nécessaire pour exercer ce métier ».

Concernant la rémunération du contrôleur aérien, un jeune recru démarre sa carrière avec un salaire moyen de 3000 euros brut, qui peut atteindre un minimum de 5500 euros brut après quelques années et l'obtention de la qualification requise, souligne la DGAC. Cependant, la Cour des comptes, dans un rapport de septembre 2021, a émis des recommandations visant à revoir les traitements et primes des agents de la DGAC, considérés comme élevés par rapport au reste de la fonction publique et régulièrement augmentés par des accords sociaux successifs.

Les aiguilleurs du ciel sont soumis à des horaires de travail spécifiques

Avec une moyenne de 32 heures par semaine pouvant aller jusqu'à 36 heures, voire 43 heures en période de forte activité. Selon les règles d'organisation théoriques, le contrôleur aérien peut assurer des vacations de 11 heures maximum, avec un temps de pause équivalent à 25 % de la durée de la vacation, explique la DGAC. Ce temps de pause est essentiel pour garantir des cycles de travail et de repos indispensables à la sécurité.

Le stress est un élément prépondérant dans la profession, comme le souligne un ancien contrôleur aérien ayant exercé pendant une dizaine d'années. Pendant les heures de pointe, les aiguilleurs du ciel font face à des cadences de travail soutenues, avec une pause obligatoire d'au moins 30 minutes après 2h30 de travail ininterrompu, précise la DGAC.

En ce qui concerne les jours de congé, les aiguilleurs du ciel travaillent en moyenne un jour sur deux, mais peuvent être amenés à travailler 7 jours sur 12 en période de pointe, incluant les dimanches et jours fériés sans possibilité de RTT.

Des primes de suractivité ont été instaurées en 2016 dans la navigation aérienne française pour faire face à l'augmentation du trafic aérien et à la diminution des recrutements de contrôleurs aériens. Ces primes de flexibilité, pouvant atteindre 550 euros par mois, ont pour objectif d'augmenter la productivité des aiguilleurs du ciel lors des pics d'activité, notamment en été. Selon la Cour des comptes, ces primes ont représenté environ 45 millions d'euros entre 2016 et 2019.

Passionné par l'écriture et la découverte de nouveaux horizons, je m'attelle à rédiger des articles sur une multitude de sujets avec curiosité et rigueur. Contribuer à la couverture de l'actualité est pour moi un véritable défi quotidien.

Aucun commentaire à «Contrôleur aérien : Ce métier très bien payé pour travailler un jour sur deux»

Laisser un commentaire

Les Commentaires sont soumis à modération. Seuls les commentaires pertinents et étoffés seront validés. - * Champs requis