Football

Coupe du monde 2018 : La France entre en jeu face à l’Australie

La France du football sera derrière son écran pour le premier match des Bleus contre l’Australie, l’équipe, a priori, la plus faible du groupe C de cette Coupe du monde 2018.

Ce samedi 16 juin, au stade de Kazan, avec un match quasi-matinal contre l’Australie, l’Equipe de France entre en lice dans cette Coupe du monde 2018.

Deux équipes invaincues en match préparatoires

Avec deux victoires en deux matches, les Australiens ont parfaitement préparé leur Mondial. En effet, véritable rouleau compresseur face à la République tchèque à Prague (4-0), ils sont venus à bout de la Hongrie (2-1) samedi 9 juin. C’est donc au meilleur de leur forme qu’ils arrivés en Russie.

Côté Equipe de France, le bilan est à peine plus nuancé. De l’avis général, leurs victoires, contre l’Irlande (2-0) et l’Italie (3-1) ont laissé les Bleus satisfaits. Toutefois le match nul face aux Etats-Unis (1-1) a quelque peu assommé les hommes de Didier Deschamps. En effet, leur tenue en échec a laissé un goût amer. D’autant plus que la Team USA était censée présenter un profil similaire à celui de l’Australie.

Que valent les Socceroos

Depuis le tirage au sort de la phase de groupes, le 1er décembre dernier, Didier Deschamps et son équipe ont eu le temps d’observer l’Australie au microscope.

C’est une équipe agressive, avec un potentiel offensif intéressant. Ils sont bien organisés. Ce n’est pas une équipe qui ne fait que défendre. Elle crée du jeu.

Pourtant, les deux équipes se sont déjà rencontrées à quatre reprises dans l’histoire. Bilan : deux victoires tricolores pour un match nul et une défaite, lors de leur unique confrontation en compétition officielle. Lors de la Coupe des confédérations, en 2001, les Bleus s’étaient inclinés 1-0. Ils s’étaient finalement consoler avec le trophée, quelques jours plus tard. Plus récemment, en octobre 2013, le Parc des Princes avait assisté à la victoire des Français avec un incroyable 6-0.

Depuis, l’Australie a bien changé. Une fois la qualification pour le Mondial en Russie validée, l’ancien sélectionneur Ange Postecoglou, qui officiait depuis quatre ans, a décidé de faire ses valises à la surprise générale, en novembre dernier. Pour le remplacer, la Fédération australienne a fait appel en janvier au Néerlandais Bert van Marwijk. Celui-ci avait qualifié l’Arabie Saoudite, avant de démissionner. Si le sélectionneur de 66 ans n’a eu que quatre matches pour construire son groupe, (là où Didier Deschamps a eu 6 ans), il peut s’enorgueillir d’une solide expérience en Coupe du monde. En effet, avec les Pays-Bas de Mark van Bommel, aujourd’hui son adjoint, il avait atteint la finale en 2010 face à l’Espagne (défaite 1-0).

Nous n’avions pas les meilleurs joueurs, mais nous avions la meilleure équipe.

Avait-il lâché.

Et l’Equipe de France ?

Tout porte à croire que le sélectionneur de l’équipe de France va s’appuyer sur ses jeunes pour son entrée dans la compétition, ce samedi 16 juin. En effet, à la veille de l’entrée en lice de l’équipe de France, le mot « jeune » est revenu en boucle lors de la conférence de presse de Didier Deschamps.

Certes, ils sont jeunes, mais ils sont habitués aux grands clubs. Il y a quatorze joueurs qui n’ont pas connu de grande compétition internationale, mais si je les prends, c’est que j’estime que c’est bien pour l’équipe. Ce n’est pas une prise de risque.

A-t-il notamment déclaré.

Par ailleurs, des 23 retenus par Didier Deschamps, seuls six joueurs de l’équipe de France ont déjà goûté à la Coupe du monde. Or, ce faible ratio n’inquiète pas le sélectionneur. D’autant que, « mécaniquement », l’essor de cette jeune garde a le mérite de placer les « anciens », tels que Raphaël Varane, Paul Pogba (25 ans), et Antoine Griezmann (27 ans), face à leurs responsabilités. De plus, le Capitaine et vétéran de 31 ans de cette équipe, Hugo Lloris a, lui, préféré avancer des notions de « fraîcheur ». Et « d’insouciance » voire de « folie ».

Les jeunes sont très ambitieux, ne se cachent pas et veulent toujours montrer des choses.

Ainsi, un constat s’impose : la nouvelle génération incarnée par Kylian Mbappé, 19 ans, deuxième joueur le plus cher du monde (180 millions d’euros), et Ousmane Dembélé, de dix-huit mois son aîné, devrait prendre les rênes de l’Equipe de France pendant cette rencontre.

Alors, Les Bleus parviendront-ils à atteindre le dernier carré. L’objectif minimal fixé par Noël Le Graët, le président de la Fédération française de football (FFF) ? Début de réponse ce samedi à 13h (midi en France).

Publié le samedi 16 juin 2018 à 12:33, modifications samedi 16 juin 2018 à 12:33

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !