Sport

Coupe du Monde féminine de football : les Etats-Unis sacrés

Dans la nuit de dimanche à lundi, les Etats-Unis ont remporté la Coupe du Monde de football féminin. Les américaines ont dominé le Japon (5-2) dans une finale exceptionnelle et historique. Retour sur un match unique.

Le suspens n’aura pas duré lors de la finale de la septième édition du mondial de football féminin. Tout annonçait une belle opposition entre les américaines, favorites avant même le début de la compétition, et les japonaises, championnes du monde en titre qui avaient battu … les Etats-Unis en 2011 (2-2, 3-1 t.a.b). Surtout quand on sait que ces deux équipes sont deux des meilleures nations de la planète. Dans un stade de Vancouver comble et bouillant, non seulement de par la chaleur mais aussi par la ferveur des supporters des Etats-Unis venus en masse soutenir leur équipe, les quelques 53 341 spectateurs n’ont pas attendu longtemps pour voir la rencontre se décanter.

Carli Lloyd ouvre le score à la 3ème minute en reprenant un corner mal tiré de Megan Rapinoe, qui fêtait son 30ème anniversaire ce 5 juillet 2015. L’attaquante et capitaine américaine rentre alors dans l’histoire en inscrivant le but le plus rapide lors d’une finale de Coupe du Monde. Et elle ne s’arrête pas là ! Deux minutes plus tard, Lloyd réalise le doublé à la suite d’une frappe décroisée venant d’un coup-franc de Tobin Heath. L’écart est déjà de deux buts alors que l’on ne joue que depuis 5 minutes. Les Etats-Unis profitent alors des faiblesses et des largesses défensives japonaises dans le replacement et sur coup de pieds arrêtés. 

“L’appétit vient en mangeant” il est vrai ; les américaines ont confirmé cet adage de la plus belle des manières. Au quart d’heure de jeu, Holiday marque le troisième but de la rencontre. Avant que Carli Lloyd n’inscrive LE but de la soirée. A la 16ème minute, elle profite du positionnement haut de la gardienne nippone Kaihori qui perd ses appuis en revenant sur sa ligne, éblouie par le soleil. Elle frappe en première intention de 45 mètres, le ballon rentre dans le but bien que dévié par Kaihori et enterre encore plus les espoirs japonais. Seul point de lumière au tableau, la réduction du score de Yuki Ogimi à la 27ème minute. La déroute est totale pour le Japon. Les deux équipes rentrent aux vestiaires avec une marque de 4-1 à la mi-temps.

La seconde mi-temps part sur les mêmes bases que la première. L’intensité est toujours la même et le niveau de jeu n’a pas changé. Les occasions sont moins franches mais cela n’empêche pas les japonaises de recoller au score et d’y croire encore. La défenseur américaine Johnston marque contre son camp à la suite d’un beau coup-franc lointain frappé par la capitaine nippone. Mais Tobin Heath redonne trois but d’avance aux Etats-Unis, deux minutes plus tard. Le score ne bougera plus.

Les deux vétérantes américaines Aby Wambach et Christie Rampone sont entrées en jeu en fin de match. Histoire de rendre la fête plus belle ! La formation de Jill Ellis, la sélectionneur des Etats-Unis, a remporté la troisième Coupe du Monde de son histoire après celles de 1991 et de 1999, au terme de la finale la plus prolifique de l’histoire du Mondial féminin. Prestation de haut niveau saluée par le président Barack Obama qui a invité les joueuses à la Maison Blanche.

Publié le lundi 6 juillet 2015 à 17:26, modifications lundi 6 juillet 2015 à 17:26

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !