Environnement

Sahara Forest Project : découvrez ce projet prometteur pour reverdir le désert

Le désert de Jordanie a été inscrit au Patrimoine mondial en 2011 en tant que bien mixte naturel et culturel. Afin que les populations ne partent pas vers des régions moins arides, un projet ambitieux a été lancé il y a 7 ans par le prince héritier Haakon de Norvège et le Prince Abdallah II de Jordanie. Aujourd’hui, ils viennent assister à la cérémonie d’inauguration de la première étape du projet, près du port de la ville d’Aqaba, dans le sud de la Jordanie.

Quel est le but de ce projet?

Le Sahara Forest Project à pour objectif de repousser le désert dans un pays qui compte 90% de territoire désertique. Le projet est soutenu par la Norvège qui collabore à la lutte contre l’avancée du désert. Joakim Hauge, le directeur exécutif du projet, a indiqué :

La Jordanie est riche en énergie solaire et en régions désertiques. Elle possède de l’eau de mer et du dioxyde de carbone. C’est tout ce dont nous avons besoin pour produire de la nourriture, de l’eau potable et de l’énergie renouvelable. Tout ce que nous faisons en Jordanie doit être bénéfique pour la population, pour l’environnement et pour les affaires.

Des Oasis artificielles

Ces oasis artificielles permettraient de verdir le désert et d’exploiter l’énergie solaire et l’eau salée. Un autre point positif non négligeable : produire de l’énergie électrique renouvelable, favoriser la création d’une couverture végétale et créer des emplois locaux.

Lutter contre le réchauffement climatique

En reverdissant ainsi les terres arides, les concepteurs de ce projet insistent sur le fait que cela permettra d’emprisonner du dioxyde de carbone, et ainsi de lutter contre le réchauffement de la planète. À terme le projet devrait permettre de produire près de 130 tonnes de fruits et légumes biologiques par an, 10 000 litres d’eau potable à partir d’eau de mer, de l’énergie solaire grâce à des panneaux photovoltaïques et du biocarburant à partir d’algues. Une station de désalinisation et un bassin pour la production de sel sont également prévus. Un projet ambitieux et qui semble tout à fait viable sur le long terme.

Un projet onéreux

Ce projet a coûté pas moins de 750 millions d’euros. Une grosse partie a été financée par la Norvège et l’Union Européenne. Avouons que le Sahara Forest Project mérite toute notre attention et apporte une note positive dans le bien-être de notre planète. À cela, s’ajoute une collaboration entre deux pays, car, nous le savons bien, notre planète est en danger et ce genre de projet devrait être mis plus en avant.

Publié le lundi 18 septembre 2017 à 13:41, modifications lundi 18 septembre 2017 à 13:04

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !