Environnement

Réchauffement climatique : la plus ancienne et solide banquise de l’Arctique s’est brisée

Au nord du Groenland sur l’Arctique, la mer de glace la plus ancienne et la plus solide s’est fracturée à cause du réchauffement climatique.

La partie la plus épaisse de la banquise de l’Arctique s’est fracturée en cette fin d’août 2018. Elle laisse l’eau libre dans une région où normalement tout est gelé, même en été.

Un phénomène qui inquiète les scientifiques. En effet, cette région de la banquise est, normalement, considérée comme la plus résistante au réchauffement.

Un phénomène historique

Ainsi, l’eau libre se fraye un passage toujours plus important dans la banquise au nord du Groenland. Un phénomène effrayant, car ce ne devrait pas être le cas. Cette région polaire est celle où la glace est la plus épaisse, la plus résistante. La dernière à rester en place si tout devait fondre. Car, cette mer au large de la côte nord du Groenland est normalement tellement gelée qu’on l’appelait jusqu’à récemment « la dernière zone de glace ».

En raison d’un hiver et d’un printemps plus chauds que la moyenne, la couche de glace la plus solide de l’Arctique a été fragilisée et s’est morcelée. Selon la station météorologique du cap Morris Jesup, située au point le plus septentrional du Groenland, la température de l’air est montée au-dessus de – 20 °C. Et ce, pendant une dizaine de jours en février. La semaine du 13 août, elle a atteint 17 °C. En outre, les anémomètres ont enregistré des vents chauds, orientés vers le large. Ceux-ci ont entraîné une réouverture des fissures de février. A tel point que ces vents ont pu la pousser vers l’Ouest et laisser cette région de l’océan Arctique vierge de glace. Or, les conséquences de cette fissure sont loin d’être anodines. En effet, toute cette glace morcelée dérive sous l’effet du vent. Elle va se retrouver dans une zone plus chaude. Ce qui va évidemment accélérer sa fonte.

C’est donc la première fois que l’on observe ce phénomène. Une nouvelle démonstration des conséquences dramatiques du réchauffement climatique. Et notamment, de la dégradation actuelle de la banquise arctique.

Dans les colonnes du quotidien britannique The Guardian, un météorologue a décrit cette fonte des glaces comme « effrayante ».

Vers une fonte totale de la banquise Arctique ?

Cet événement pourrait forcer les scientifiques les plus optimistes à revoir leurs théories sur la partie de l’Arctique qui résistera le plus longtemps au réchauffement. En effet, les signaux d’alerte sont tels que les climatologues anticipent une fonte totale de la banquise Arctique durant l’été à moyen terme. Ainsi, selon certains cet événement pourrait se produire pour la première fois entre 2030 et 2050.

Publié le samedi 25 août 2018 à 12:00, modifications samedi 25 août 2018 à 20:47

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !