Environnement

La France a émis plus de gaz à effet de serre que prévu en 2016

La France ne peux plus donner de leçons aux reste du monde étant donné ce très mauvais score.

Alors que nous avions tout juste atteint notre objectif pour l’année 2015, l’année 2016 fut une mauvaise année pour les émissions de gaz à effet de serre. En effet, la France a dépassé de 3,6% le plafond fixé lors des accords sur le climat. La faute aux secteurs du transport et du bâtiment, selon un bilan du ministère de la transition écologique.

La France en mauvaise posture pour donner des leçons au monde

On se souvient du tâcle orchestré par Emmanuel Macron contre le président Trump l’année dernière à travers sa campagne “Make our planet great again“. C’est le ministre de l’écologie Nicolas Hulot qui l’a rappelé en affirmant que la France ne “pouvait pas avoir un regard prétentieux” par rapport au reste du monde sur cette question.

Cet écart important s’explique par plusieurs raisons d’ordre conjoncturel. En effet, la baisse des prix du pétrole ainsi que l’indisponibilité de plusieurs centrales nucléaires ont incité à la consommation d’énergies polluantes.

Il s’agit toutefois du premier écart constaté sur la stratégie de long terme qui vise une réduction de 27% des gaz à effet de serre d’ici 2028 par rapport à 2013. Celle-ci devra également être portée à -75% d’ici 2050. La baisse des émissions a été linéaire depuis 1990, avec une réduction de 15,3% par rapport à 2016, 26 ans plus tard.

Les secteurs les plus gourmands en énergie ayant émis le plus de gaz polluants sont d’abord les transports (29%), puis l’agriculture (20%) et le bâtiment (19%).

Le bâtiment, champion des émissions de gaz à effet de serre

Malgré une baisse stable des émissions dans le secteur du bâtiment, celui-ci a dépassé l’objectif de 11% en 2016, notamment à cause du chauffage des ménages, gourmands en énergies carbonées. Dans l’agriculture, le dépassement à été de 3%. Pour les transports, le chiffre est porté à 6%, et a même connu une hausse de 12,4% depuis 1990.

En revanche, le secteur industriel a bien respecté ses engagements, notamment grâce aux mesures du plan climat. Pour accélérer ce phénomène vertueux, le gouvernement augmentera ses taxes sur les énergies carbonées et soutiendra le développement de véhicules propres.

Cette stratégie nationale pour réduire la consommation d’énergie polluantes sera en outre révisée cette année, afin d’accélérer la baisse des émissions et atteindre les objectifs fixés pour 2050.

 

Publié le mardi 23 janvier 2018 à 18:21, modifications mardi 23 janvier 2018 à 16:47

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !