Economie

Réforme des retraites : Quels sont les changements à venir ?

Le gouvernement a lancé un site de concertation publique pour recueillir les avis des citoyens sur la réforme des retraites. Déjà, un nouveau système de retraite universel par points est évoqué.

Il s’agit de l’un des plus gros chantiers du quinquennat d’Emmanuel Macron. En effet, la réforme du système de retraites se concrétise. Jean-Paul Delevoye, haut-commissaire à la réforme, a lancé jeudi 31 mai le site de « concertation publique », une large consultation citoyenne.

Dans le même temps dans les colonnes du Parisien, il a dévoilé quelques détails du projet de la réforme des retraites. Il a notamment évoqué un nouveau système de retraite universel par points.

Le revenu donnera un droit à points. Vous aurez une portabilité des droits quel que soit le type d’employeur et le secteur. L’objectif est qu’à carrière identique, revenu identique, la retraite soit identique.

A-t-il expliqué.

Pour rappel, le régime de retraite actuel est composé d’un régime général pour les salariés du privé. D’un régime pour la fonction publique. Et d’une trentaine de régimes spéciaux (SNCF, RATP, EDF, police nationale, marins…). Or, malgré cette diversité, le système actuel repose sur trois piliers.

  • Il est obligatoire,
  • il est fondé sur la répartition (les actifs cotisent pour les pensions des retraités),
  • et il est contributif, c’est-à-dire que le montant de la pension dépend du niveau et la durée des cotisations du travailleur.

Un nouveau mode de calcul des retraites

Jusqu’à présent, la pension des retraités était calculée, pour les salariés du privé, en faisant la moyenne des 25 « meilleures » années. Et, pour les fonctionnaires, sur la moyenne des six derniers mois avant le départ à la retraite. Ainsi, avec un système à points, c’en sera fini des moyennes. En effet, chaque travailleur (salarié, fonctionnaire, indépendant) accumulera un certain nombre de points tout au long de sa carrière. Et ce, en fonction des cotisations qu’il verse. A son départ à la retraite, la « valeur » du point permettra de connaître le montant de sa pension. Par exemple, si un point vaut 1,30 euro, un travailleur qui part à la retraite avec 200.000 points aura un capital de 230.000 euros. Ce qui équivaudra à une pension de 1.080 euros mensuels pendant 20 ans.

Ce régime unique promu par Macron doit notamment permettre aux actifs de changer de secteur tout en conservant un système de cotisation unique. L’objectif est qu’à carrière identique, revenu identique, la retraite soit identique

L’objectif est d’arriver à un schéma simple : qu’il s’agisse d’un fonctionnaire, d’un salarié du privé ou d’un indépendant, s’ils gagnent la même somme d’argent pendant 40 ans, l’un et l’autre auront la même retraite. Le système par points s’appuiera uniquement sur la durée totale de carrière avec des règles identiques pour tous.

A confirmé Jean-Paul Delevoye.

Un âge minimum et un revenu garantis

Pour prendre sa retraite, en dehors des exceptions qui seront fixées, « l’âge actuel de 62 ans devrait être conservé » a répété Jean-Paul Delevoye. Le haut-commissaire a précisé que cela permettait d’éviter que certains ne partent trop tôt « avec de toutes petites retraites ». Et que « cela pèse sur la solidarité nationale ».

En outre, une retraite minimale serait garantie. Notamment « pour les personnes ayant eu des revenus modestes pendant leur carrière ». Ainsi, un équivalent de l’actuel « minimum contributif » sera donc maintenu. Ce dispositif concerne aujourd’hui les salariés ayant droit à une retraite à taux plein, mais dont la pension totale ne dépasse pas 1160,04 €.

Enfin, à noter que les seniors proches de la retraite ne seront pas visés par ces mesures. Si la concertation citoyenne est ouverte jusqu’au 25 octobre, la présentation d’un projet de loi n’est prévue que pour l’été 2019. Or, la réforme ne devrait pas être entérinée avant quelques années. En effet, lors d’un colloque au Sénat en avril dernier, Jean-Paul Delevoye a évoqué une possible entrée en vigueur en 2025. Par ailleurs, une fois la réforme adoptée, il y aura une phase de transition qui devrait, elle aussi, durer plusieurs années. Et, durant laquelle les deux systèmes pourraient cohabiter.

Publié le vendredi 1 juin 2018 à 13:54, modifications vendredi 1 juin 2018 à 10:38

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !