Economie

Le prix moyen du mètre carré à Paris s’envole et atteindra bientôt 9 300 euros

Les prix du mètre carré à Paris pourrait bientôt atteindre le seuil symbolique des 10 000 euros.

Au dernier trimestre 2017, le prix moyen au mètre carré à Paris était de 9 040 euros, un record qui vient sanctionner une hausse de près de 8,6% en une année. Mais le phénomène pourrait bien continuer en 2018, et tous les indicateurs montrent que celui-ci pourrait atteindre la barre de 9 300 euros d’ici au printemps 2018.

Bientôt les 10 000 euros ?

Le marché immobilier se porte à merveille dans l’hexagone. En effet, ce sont plus de 968 000 ventes qui ont été enregistrées pour l’année 2017 seulement, un record. L’une des conséquences de cette augmentation impressionnante de la demande, c’est l’explosion des prix du mètre carré. Ainsi, ce phénomène a pris une importance inédite dans la capitale. Avec une moyenne à 9 040 euros du mètre carré pour le quatrième trimestre 2017, la barre des 10 000 euros pourrait être franchie dans les prochaines années, voire les prochains mois.

D’ici avril prochain, les prix pourraient même s’envoler à 9 320 euros en moyenne d’après les notaires de la capitale. D’après l’un d’entre eux, Thierry Delesalle, ce phénomène a déjà été observé par le passé :

Une telle hausse des prix est regrettable, mais pas inhabituelle à Paris. Elle est par exemple similaire à celle observée entre 1999 et 2007, et même moindre que durant la période qui a suivi la crise financière, où la pierre était convoitée comme valeur refuge.

Une augmentation inégalement répartie

Cette augmentation impressionnante des prix du mètre carré est toutefois inégalement répartie entre les différents arrondissements de la capitale. Toutefois, cet écart tend à se réduire, et la tendance est à une homogénéisation du prix de la pierre. Ainsi, la différence de prix entre le quartier le moins cher de Paris (La Chapelle dans le 18ème) et le plus cher (Saint Thomas d’Aquin dans le 7ème) s’est réduit, le deuxième était 2,2 fois plus cher que le premier au dernier trimestre 2017.

Les quartiers les plus prisés et les plus chers de la capitale restent les arrondissements du centre historique : le 6ème, le 4ème, le 1er et le 7ème. Dans ces quartiers, les prix atteignent des records inégalés, avec des prix au mètre carré qui peuvent monter jusqu’à 40 000 euros pour des biens d’exception situés aux Invalides ou en face du jardin du Luxembourg par exemple.

Désormais, seuls 2 arrondissements affichent encore des prix en dessous de 8 000 euros le mètre carré : le 19ème avec 7 380 euros et le 20ème avec 7 800 euros. Mais dans ces deux arrondissements, les prix augmentent encore plus rapidement qu’ailleurs, avec une progression de 9,8% et 10,4% respectivement. La conclusion de Thierry Delesalle, c’est que “Paris se boboïse partout“.

Une augmentation qui concerne aussi la petite couronne

Cette hausse spectaculaire a encore de beaux jours devant elle. En effet, le marché immobilier parisien est marqué par une demande très importante, qui excède l’offre de très loin. Ce phénomène est accentué par une stagnation de la construction de logements à Paris. Tous les ingrédients sont donc présents pour que les prix continuent de s’envoler, d’autant que les taux d’emprunts n’ont jamais été aussi bas.

L’augmentation des prix du mètre carré concerne également la petite couronne, qui a connu une augmentation impressionnante au quatrième trimestre 2017. Ainsi, dans cette zone, les ventes d’appartements ont augmenté de 18% en 2017, et les cessions de maison ont atteint 13% de hausse. Le prix du mètre carré à quant à lui crû de plus de 4,5%. A Cachan et à Vincennes, deux villes de la petite couronne, la progression a même été de 11,6% et 10,6% respectivement, soit plus qu’à Paris intra-muros.

Neuilly et Boulogne-Billancourt affichent également une moyenne au mètre carré impressionnante, avec respectivement 9 260 euros (+7,4%) et 7 770 euros (+8,3%). D’autres villes comme Montreuil (4750 euros, soit une augmentation de 8,3%), Noisy-le-Grand (3650 euros le m², +8,3%) ou Aubervilliers (3090 euros le m², +6,8%) ont également connu une année particulièrement faste en 2017.

En revanche, la grande couronne a connu une augmentation minime des prix du mètre carré, avec une hausse de respectivement 1,4% et 2,9% pour les appartements et les maisons. Pourtant, la demande est devenue très forte dans ces zones, qui, d’après Thierry Delesalle, bénéficient toutefois d’un marché plus équilibré, avec de nombreuses constructions de logements :

le marché est sain : la hausse des prix est limitée car le marché est plus équilibré. Le parc de logements progresse, surtout dans le logement collectif, ce qui permet de répondre à la demande de logements.

Publié le vendredi 23 février 2018 à 9:13, modifications vendredi 23 février 2018 à 9:02

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !