Culture

Léonard de Vinci : une loi sur la physique découverte dans ses « gribouillis »

Si les croquis de Léonard de Vinci sont bien connus de tous, on ne savait pas que l’inventeur avait découvert les lois du frottement avec près de deux cents ans d’avance. Retrouvées dans ses carnets, les inscriptions avaient jusqu’alors été prises pour des gribouillages artistiques.

Léonard de Vinci continue de dévoiler ses secrets. Plus de 500 ans après sa mort, il fait encore preuve de ses incroyables connaissances scientifiques et de son avant-gardisme.

Au cours de sa vie, le célèbre scientifique italien aurait laissé environ 13 000 pages dans ses carnets où il notait ses réflexions et dessinait des croquis touchant à l’ensemble des connaissances humaines. Dans l’un de ses codex, un professeur de l’université de Cambridge (au Royaume-Uni) spécialisé dans les problèmes de tribologie (l’étude des phénomènes susceptibles de se produire entre deux systèmes matériels en contact) rencontrés dans la production industrielle, a démontré que Léonard de Vinci aurait découvert les lois fondamentales de la friction.

Cet exploit est d’autant plus remarquable qu’il a été réalisé 200 ans avant que Guillaume Amontons ne démontre les lois du frottement et ses applications physiques.

Dans les années 1920, les annotations de Leonard de Vinci sur ces pages jaunies par les âges avaient été jugées comme des gribouillis «sans importance» par le directeur du musée Victoria and Albert de Londres. La raison : elle comporte une esquisse d’un visage de vieille dame et une citation «cosa bella mortal passa e non dura», signifiant «la beauté mortelle passe et ne dure pas». Suffisant pour les oublier au fond d’un placard.

Cependant, à cause de ces considérations artistiques, les scientifiques du monde entier ont longtemps ignoré une autre citation dans la célèbre écriture inversée qui se lit dans un miroir :

 La confregazione si fa di duplicata fatica in duplicato peso

qui donne en français :

La friction double l’effort quand le poids double. »

Ainsi, une étude a été menée par le professeur Ian Hutchings de l’Université de Cambridge a découvert et déchiffré cette dernière remarque.

de vinci_loi frottement

Les schémas et dessins montrent que Léonard comprenait les fondamentaux des frottements en 1493.

A annoncé Ian Hutchings.

Après quelques recherches, les chercheurs de Cambridge ont retrouvé sur les carnets de Léonard de Vinci des schémas d’expérience qui impliquaient des poulies tractant différentes formes sur différentes surfaces.

de vinci_loi frottement

ll savait que la force de friction sur une surface est proportionnelle au poids pressant contre celle-ci et est indépendante de la surface en contact entre les deux objets.

A expliqué le professeur en précisant que cela se retrouvait notamment dans les schémas des machines incroyables du célèbre l’inventeur italien.

En fait, l’étude des carnets de Léonard de Vinci démontre clairement qu’il a étudié le sujet pendant 20 ans en incorporant ces lois de la physique et en les évaluant dans les machines qu’il concevait.

En outre, il avait compris que si le frottement était parfois essentiel pour assurer le fonctionnement de certaines de ses machines, il pouvait également en réduire l’efficacité.

Publié le mardi 26 juillet 2016 à 17:37, modifications mardi 26 juillet 2016 à 17:37

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !