Bertrand Cantat : les Inrocks créent la polémique

Instant malaise. Alors que Bertrand Cantat, ex-leader du groupe culte Noir Désir, doit sortir son premier album en solo en décembre, les Inrockuptibles publient un long entretien avec le chanteur. Une publication qui n'a pas tardé à créer la polémique

Bertrand Cantat, ex star incontestée du rock français, n’est plus un musicien, ou un auteur-compositeur, il est devenu une affaire. Un problème, un scandale, une tragédie, les mots ne manquent pas. Quatorze ans après le décès sous ses coups de Marie Trintignant à Vilnius, il fait la couverture des Inrockuptibles ce mercredi. L’homme répond dans un entretien-fleuve à l’hebdomadaire. Dans son nouvel album, un premier titre sur la crise migratoire, l’Angleterre, est déjà disponible.

Des blessures toujours vives et un sujet d’actualité

Depuis 2008, pas moins de quatre biographies ont été consacrées à Bertrand Cantat. Des milliers d’articles racontent l’épisode de Vilnius, l’emprisonnement, et sa vie depuis. Aussi, des dizaines de milliers de fans vivent une nostalgie compliquée du groupe Noir Désir.

Discret depuis sa libération totale en 2011, le chanteur s’est cependant vu au cœur de polémiques concernant sa présence dans des pièces de théâtre. Notamment à Avignon cette même année où sa prestation devait se jouer, dans une programmation où apparaissait aussi Jean-Louis Trintignant. Maladresse ou non, le sujet reste délicat. Les opposants à son retour maintenant en effet la question de son « droit » à exercer encore un métier si public.

L’indignation n’a donc pas tardé à se faire entendre. Marlene Schiappa, secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes a publiquement réagi à la publication. Laurence Rossignol, ancienne ministre au droit des femmes, également.

Sur les réseaux sociaux, les réactions sont nombreuses et vives, #Cantat étant le sujet le plus discuté de la journée sur Twitter. L’interview concerne uniquement le nouvel album et la dimension musicale de la vie de Bertrand Cantat. La question posée est donc de savoir s’il y avait vraiment nécessité d’y offrir autant de visibilité.

En plus du long entretien, un album vient dans ce numéro avec une chanson d’Orelsan (Saint-Valentin, 2006). Il y osait alors le jeu de mots «  marie-trintigner ». Une probable maladresse qui jette un peu plus le feu des critiques sur le journal. Difficile d’y faire la part entre la nécessité d’une telle promotion du chanteur et l’envie de créer la polémique pour de l’audience. Dans une actualité fortement marquée par les terribles et diverses violences faites aux femmes, la publication tombe tristement à pic.

Voir les commentaires (4)

  • Bertrand Cantat, ex star incontestée du rock français ?
    Où avez-vous vu ça ? Savez-vous ce qu'est le rock ?
    Il est connu pour son meurtre et pas pour du rock !!!

    • tout à fait exact!! Ce ne sont que certains médias qui essayent d'en faire une pseudo star afin de faire oublier que c'est un assassin!!! Ils cautionnent par là même son geste! " Il a payé sa dette envers la société"!!!!! Avec çà on efface tout!!! Sa victime n'a donc jamais existée???? Et ses proches, doivent ils considérer que tout est rentré dans l'ordre et oublier l'être cher froidement   assassiné?????? Lui, aujourd'hui il continue de vivre et sa victime, elle, elle n'a pas ce privilège!

  • BOYCOTT ! Comme je n'ai pas le choix, je contribue à nourrir des meurtriers condamnés en prison. Mais pas ceux qui devraient y être et qui sont en liberté. Je ne suis pas là pour refaire son procès, mais vous dire que je fais confiance à la justice française, NON. La drogue, l'alcool ne doivent pas être des facteurs d'atténuation de peine sous prétexte qu'ils mettent les utilisateurs dans un état d'inconscience donc pour la justice d'irresponsabilité. Il y a eu meurtre, celui-ci entraina la mort d'une personne, la sentence doit être proportionnelle à l'acte sans circonstances atténuantes, et Canta, lui, en a bénéficiées. Je trouve cela inadmissible.

  • Désolé de vous faire de la peine, ce n'est pas le but...La justice est passée, ...elle devait peut être mieux faire son travail mais....sa dette est soldée juridiquement parlant....Moralement, c'est autre chose.....Perso., j'adorais Noir Désir...Depuis ces faits, c'est sur, je suis refroidi.....Par contre, si c'était pas du rock c'était quoi, du tango ? Faudrait quand même arrêter d'ouvrir sa gueule pour dire des conneries.....Bonne journée

Ce site utilise des cookies.