Société

Surfer dans le 93 sera désormais possible d’ici 2023

Il ne sera bientôt plus obligatoire de descendre dans le sud pour aller surfer. Une trentaine de minutes en RER depuis Paris devrait suffire pour se rendre sur un tout nouveau projet d’aménagement bientôt en construction.

La commune de Sevran a été choisie pour accueillir un ambitieux projet sur les terrains de Montceleux, au nord-est de la ville. Baptisé Terre d’eaux, cet aménagement d’envergure consiste en une base de loisirs aquatiques innovante et exceptionnelle. Le site Écho d’Île-de-France explique que ce projet faisait partie des 51 lauréats validés du concours d’urbanisme Inventons la métropole du Grand Paris, lancé en 2016. Ces projets entraîneront la création de nombreux logements et commerces.

Surfer près de Paris sera donc possible à partir de 2023. Les premières vagues artificielles de France ont été conçues par l’architecte Jacques Rougerie, en partenariat avec les Fédérations françaises de surf, de ski nautique et de wakeboard.

 

5000 mde jeux aquatiques

Au bord d’un lac de 9 hectares sera construit un édifice de 5327 m2 qui abritera une piscine et un espace de surf. En extérieur, le site proposera trois immenses bassins, une base de loirs avec baignade autorisée ainsi qu’un autre espace de surf. Surfer sera donc possible en espace couvert comme en plein air. L’endroit accueillera évidemment amateurs et professionnels de la discipline et deviendra certainement un lieu d’entraînement envisageable pour les Jeux Olympiques de 2024.

Linkcity Île-de-France, promoteur et mandataire du projet, explique, visiblement ravi :

La création d’un tel équipement unique en France et en Europe apportera à la ville une visibilité mondiale en vue des Jeux Olympiques de 2024 et permettra à ce territoire stigmatisé de rayonner. Encadré par les Fédérations françaises de surf et de ski nautique, la ville de Sevran deviendra aussi un terrain de formation et d’ouverture à l’océan pour les jeunes Sevranais et métropolitains n’y ayant pas facilement accès.

Sevran a longtemps souffert d’une mauvaise représentation et la situation financière de la ville est relativement critique. On se souvient de la grève de la faim du maire EELV Stéphane Gatignon afin d’attirer l’attention du gouvernement pour faire augmenter le budget consacré à sa ville. Par ailleurs, près de 30 % de la population a moins de 20 ans et nombre de ces jeunes sont au chômage.

Ce projet d’aménagement devrait fortement améliorer la situation sociale de la ville et de ses habitants.

Publié le mardi 14 novembre 2017 à 12:18, modifications mardi 14 novembre 2017 à 10:45

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !