Société

Paris perd ses habitants

La banlieue en gagne

Paris a perdu un peu plus de 9.000 habitants en un an, et près de 14.000 habitants entre 2009 et 2014. Une tendance qui touche plus sévèrement certains arrondissements.

Paris, l’une des plus belles villes du monde, serait-elle en train de se vider de ses habitants ?

Si la capitale reste la ville la plus peuplée de France, entre 2009 et 2014, Paris a perdu près de 14 000 habitants, selon les dernières statistiques d’évolution démographique de l’Insee.

Dans ces données détaillées dans Le Parisien, on remarque notamment que sur un an, la baisse est encore plus significative, soit 9 146 habitants en moins.

Pourtant, à y regarder de plus près, tous les arrondissements de Paris ne sont pas concernés par cette désertion.

La petite couronne plus attractive

En effet, la diminution est particulièrement marquée dans quatre quartiers de l’hyper-centre, les 1er, 2ème, 3ème et 4ème, qui sont déjà les moins peuplés. La population diminue également dans le 11ème, qui perd 2 000 habitants à lui tout seul. Ainsi que dans le 15ème arrondissement, avec 1751 habitants en moins entre 2013 et 2014.

A l’inverse, les 12ème, 14ème, 17ème et 19ème gagnent, eux, la faveur des parisiens.

Si Paris semble être boudée, l’Île-de-France n’a jamais été aussi peuplée.

En effet, les jeunes couples semblent être de plus en plus attiré par la petite couronne. Ainsi, certaines grandes communes affichent ainsi une croissance de population supérieure à 0,5%.

Selon l’INSEE, la croissance de la population se concentrerait sur 21 communes principalement dans des villes comme Boulogne-Billancourt dans les Hauts-de-Seine, Saint-Denis en Seine-Saint-Denis. Les villes de Massy-en-Essonne, Corbeil-Essonnes ou Argenteuil dans le Val-d’Oise sont également plus attractives que Paris.

A la recherche d’un responsable

Ce phénomène de dépeuplement peut s’expliquer par plusieurs facteurs.

Tout d’abord, certains imputent cette baisse par les locations spéculatives des sites de locations entre particuliers.

Dans les colonnes du Parisien, l’un des responsables de la mairie de Paris a clairement pointé la plateforme de location, Airbnb.

En effet, il y a près de 60 000 appartements proposés par Airbnb à Paris, aujourd’hui. Compte tenus de cette manne financière, depuis 2009, 20 000 logements auraient été reconvertis en locations touristiques.

Dans le premier arrondissement de la capitale, plébiscité par les touristes, le phénomène a explosé. On parle même d’une baisse de 5% des habitants en cinq ans. Pour le maire il s’agit d’un désastre économique :

Les occupants qui viennent pour un week-end ne consomment pas dans les commerces locaux (…). C’est un phénomène négatif et il faut lutter contre la multiplication de ces locations de courte durée

S’est révolté Jean-François Legaret, le maire Les Républicains du 1er arrondissement de Paris, dans Le Figaro.

Ensuite vient le coût de l’immobilier, notamment chez les jeunes couples à la naissance des enfants.

En effet, ce qui dissuade sans doute les Parisiens de rester vivre dans Paris, c’est leur volonté de devenir propriétaires.

Ainsi, dans un dossier consacré par L’Obs à l’immobilier parisien, avec un prix moyen au m2 de 8 400€, les jeunes ménages n’ont plus les moyens de s’offrir un appartement intra-muros. Une difficulté largement écartée lorsqu’ils peuvent avoir un appartement à 3 150 € par m² dans un des départements limitrophes.

Publié le jeudi 5 janvier 2017 à 13:05, modifications jeudi 5 janvier 2017 à 12:55

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !