Société

Malaisie : Les fake news sont désormais punies par six ans de prison

Le parlement de Malaisie vient de voter une loi condamnant la diffusion de fausses informations. Or, ce texte pourrait surtout bloquer la liberté d’expression et aider le gouvernement à cacher un scandale de corruption.

Il n’y a pas que Donald Trump ou Mark Zuckerberg à faire une fixette sur les fake news. La Malaisie vient de passer une loi condamnant la diffusion de fausses informations par six ans de prison.

Une loi controversée

C’est sans doute la loi la plus dure au monde contre les “fake news”. Ce lundi 2 avril, le parlement de Malaisie a voté une loi condamnant la diffusion de fausses informations par une amende de 500.000 ringgit (105.000 €) et jusqu’à 6 ans de prison. Poussé par le Premier ministre Najib Razak, le texte est loin de faire l’unanimité dans le pays. En effet, pour beaucoup, il s’agit d’un bouclier que Razak va désormais pouvoir utiliser pour censurer les informations concernant une affaire de corruption dans laquelle il serait impliqué.

Le problème réside surtout dans la définition particulièrement large d’une “fake news” faite par la loi. On parle de texte, audio, vidéo, qui serait complètement ou partiellement faux. Des personnes hors du territoire peuvent aussi être attaquées si la publication impacte le pays et ses habitants. La Malaisie est le premier pays au monde à se doter d’une législation de ce type. Néanmoins, même en France, Emmanuel Macron y a déjà fait mention plusieurs fois depuis le début d’année.

Publié le mardi 3 avril 2018 à 11:12, modifications mardi 3 avril 2018 à 10:55

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !