Société

France : Nouveau record de détenus dans les prisons, avec 70.367 détenus

La Direction de l’administration pénitentiaire a annoncé que la population en détention a de nouveau franchi le seuil des 70 000 incarcérées dans les prisons françaises.

L’inflation carcérale se poursuit avec un nouveau record de personnes détenues dans les prisons françaises au 1er avril 2018.

Le nombre de personnes détenues dans des prisons françaises franchit de nouveau le seuil des 70.000 au 1er avril 2018.

A indiqué la direction de l’administration pénitentiaire, jeudi 19 avril. Il a ajouté que parmi ces 70.367 détenus, 49.515 personnes sont des condamnés. Et près de 21.000 sont en attente d’un jugement.

Un taux d’occupation de 118 %

Ce nombre continue d’augmenter, bien que plus faiblement que l’année dernière. +0,2% entre 2017 et 2018, +2,7% entre 2016 et 2017.

A détaillé l’administration pénitentiaire.

Ainsi, les prisons françaises, qui ont été marquées par de forts mouvements de contestation des surveillants, subissent en plus une surpopulation chronique qui ne cesse de s’aggraver. Or, la capacité des établissements pénitentiaires français pour accueillir ces détenus étant de 59.459 places. Et le taux d’occupation atteignait en moyenne au début du mois 118% (contre 119,7% au 1er avril 2017). Pourtant, dans les maisons d’arrêt, où sont détenues les personnes en détention provisoire et les personnes condamnées dont la peine n’excède pas deux ans, ce taux atteint 143%. Fait remarquable, ce pourcentage grimpe à environ 200% pour la prison de Fresnes, dans le Val-de-Marne.

Par ailleurs, le nombre des matelas au sol est en baisse. Il est passé de 1.883 il y a un an à 1.628. La hausse du nombre de détenus s’explique en grande partie par l’augmentation du nombre de personnes en attente de jugement (20.852), au plus haut depuis 12 ans.

Enfin, le nombre des mineurs et des femmes ne cesse de croître, selon la direction pénitentiaire. En effet, il y avait 872 mineurs en prison le 1er avril et 3.157 femmes.

Des pistes pour éviter la surpopulation carcérale

Toutefois, des pistes pour améliorer cette surpopulation carcérale, la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL), Adeline Hazan, avait présenté début février dix recommandations. Certaines des propositions recoupent des pistes évoquées par la garde des Sceaux dans ses « chantiers pour la justice », présentés en mars au Conseil d’État. Ce projet supprime notamment les détentions courtes. Mais il garantit l’application de celles de plus d’un an, qui ne pourront plus être aménagées.

En parallèle, le gouvernement prévoit de créer 7.000 places de prison supplémentaires d’ici à 2022. Contre les 15.000 annoncées dans le programme de campagne du candidat Macron.

EnregistrerEnregistrer

Publié le samedi 21 avril 2018 à 11:02, modifications samedi 21 avril 2018 à 1:23

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !