Actualité

Quand des SDF sont utilisés comme des bornes WiFi

Utiliser un SDF comme une borne WiFi ? Un concept qui laisse vraiment perplexe. A Prague, l’association Wifi4life équipe les sans abris de routeurs WiFi mobiles en échange de nourriture et d’un toit. Comme le rapporte Numerama, ce projet permet de réinsérer les sans abris dans la société. 

A Prague, une association baptisée Wifi4Life souhaite venir en aide aux sans abris. Leur idée : équiper un SDF, porté volontaire, d’un routeur WiFi. Ainsi ces bornes humaines permettent de capter du WiFi dans un rayon de 20 mètres et permet jusqu’à dix connexions simultanées. Si on résume bien, le sans abri en est réduit à un homme objet. Ce projet a créé un véritable tollé.

L’association Wifi4Life tente de se justifier en expliquant que cette initiative est des plus louables et permet aux sans abris de s’insérer dans la société. Pour eux, c’est pointer du doigt un sujet sensible : le chômage. En échange de ce petit service, les sans abris ont droit à de la nourriture et à un toit. Un sujet qui fait débat. Lubos Bolecek, dirigeant de l’association, a déclaré à la chaîne russe RT :

S’ils prouvent qu’ils peuvent respecter des horaires, se réveiller, rester sobres, et travailler 8 heures par jour, notre projet leur fournira la valeur d’une recommandation pour leur employeur potentiel.

Wifi4Life agirait donc par charité. Qui dirait non à trois repas par jour, des vêtements chauds et un toit où se loger temporairement ? C’est mieux que la rue. La condition pour accéder à la corne d’abondance : travailler de 8h à 17h, porter le t-shirt équipé du routeur WiFi et affublé du sigleWifi4life, histoire de faire sa pub en même temps. A noter, le sans-abri possède une station de recharge USB afin de pouvoir recharger son routeur. Un travail rémunéré cinq euros.

Les réactions sont mitigées. Certains ont crié au scandale et à l’exploitation : exploiter la misère sociale afin de servir les besoins des moins démunis. Dans une société ultra connectée où les pires cauchemars sont : avoir 2% de batterie, ne pas capter le WiFi en vacances ou de perdre des followers sur les réseaux sociaux, la société semble partir à la dérive.

Se servir de personnes comme un relais WiFi, une démarche maladroite ?

Publié le jeudi 5 novembre 2015 à 17:10, modifications jeudi 5 novembre 2015 à 17:10

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !