Santé

Votre maison est-elle exposée au dangers du radon ?

Le Radon est un gaz silencieux mais mortel. Il cause 3.000 décès en France. Etes-vous potentiellement en danger ? Découvrez-le.

Vous n’en avez sans doute jamais entendu parler en dehors d’un cours de physique-chimie au lycée. Le Radon, est un gaz radioactif incolore et inodore qui cause 3.000 morts par an en France. 2e cause du cancer du poumon, il est particulièrement présent dans plusieurs régions de notre territoire.

Un gaz invisible mais létal

Vous ne pourrez pas le sentir, le voir ou vous rendre compte de sa présence. Le radon est un tueur invisible. Déclaré comme cancérigène depuis 1987, il peut être aussi dangereux que les accidents sur la route. Avec entre 1.200 et 3.000 morts par an, cette deuxième cause du cancer du poumon, ne s’incline que face au tabac.

Comment se manifeste-t-il ? Il faut tout d’abord savoir que la centrale nucléaire la plus proche de vous est innocente. On parle ici d‘un gaz 100 % naturel qui produit sa propre radioactivité. Il émane du sol par la décomposition de  l’uranium présent dans les roches granitiques ou volcaniques. C’est dans vos maisons que le danger peut ensuite apparaître. Il s’immisce par les fissures dans les chapes de béton. Si votre maison n’est pas assez aérée, le danger commence alors à apparaître.

80% de la Loire-Atlantique

Comment savoir si votre ville peut être sensible à ce problème ? Il faut savoir que le radon est avant tout localisé dans certaines régions. On peut ainsi le trouver en Bretagne, Normandie, Massif central, Pyrénées, une partie des Alpes, Vosges, Corse, Guyane ou encore Nouvelle-Calédonie pour les zones les plus importantes. Le record est toutefois détenu par la Loire-Atlantique avec 80% de son territoire ayant un fort potentiel de Radon. Pour savoir si vous êtes concernés, rendez-vous sur la carte mise en ligne sur le site internet de l’IRSN (Institut de Radioprotection et de sûreté nucléaire).

Mais être dans une zone à fort potentiel, ne signifie pas pour autant que vous allez être victime de la radioactivité du radon.  Jean-Pierre Sarrazin, de l’association UFC Que Choisir détaille : “une meilleure aération peut suffire à régler le problème”. Le problème réside dans l’information. Beaucoup de personnes ignorent être dans une zone sensible au radon et ignorent même l’existence de celui-ci.

Une législation qui va évoluer

C’est justement pour gagner en visibilité que la législation va prochainement évoluer. A l’heure actuelle, on dispose d’informations au niveau départemental. L’idée est désormais de descendre  à l’échelon communal avec des informations plus précises. Le chiffre de 7.033 communes classifiées comme étant à fort potentiel de radon est annoncé. Le taux de concentration maximum de radon va aussi être revu à la baisse. S’il excède 300 becquerels (contre 400 auparavant) par mètre cube d’air (Bq/m3), des travaux sont obligatoires.

Publié le vendredi 2 février 2018 à 15:01, modifications vendredi 2 février 2018 à 13:13

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

1 Commentaire