Santé

Virus Zika : L’OMS redoute une propagation en Asie-Pacifique

L’organisation mondiale de la santé a préconisé un renforcement des mesures sanitaires d’urgence contre le virus Zika dans la région de l’Asie-Pacifique après que des centaines de cas ont été signalés à Singapour et que deux cas de bébés microcéphales ont été confirmés à Thaïlande.

Dans un rapport rendu public ce lundi 10 octobre, au cours de sa réunion annuelle régionale à Manille, l’OMS a ainsi estimé « hautement probable » une propagation du virus Zika en Asie-Pacifique, alors que 400 cas ont été signalés à Singapour et que deux cas de bébés microcéphales ont été confirmés à Thaïlande.

Depuis 2015, le virus a déjà été signalé dans 73 pays dans le monde dont au moins 19 pays de la région Asie-Pacifique, a recensé Li Ailan, le directeur régional pour la sécurité sanitaire et les situations d’urgence à l’OMS.

La menace est telle qu’elle risque également de se propager encore plus dans la région qui comprend la Chine, le Japon, l’Australie, les pays d’Asie du Sud-Est et les îles du Pacifique.

La directrice de l’OMS Margaret Chan a indiqué que les dirigeants de la région avaient exprimé leurs craintes concernant l’épidémie, ajoutant que les experts tentaient de trouver les moyens de l’endiguer.

Malheureusement, les scientifiques n’ont pas encore de réponses à beaucoup de questions cruciales

A-t-elle déploré.

Depuis qu’une urgence de santé publique de portée mondiale a été déclarée en février 2016, les pays de la région Asie-Pacifique ont renforcé leur surveillance du virus Zika.

L’ensemble des pays a maintenant les moyens d’effectuer des tests concernant le virus Zika et d’identifier les cas de microcéphalie. L’OMS a aussi exhorté les familles et les communautés à s’impliquer dans la lutte contre les moustiques, qui est essentiel pour diminuer la transmission du virus Zika et d’autres maladies à transmission vectorielle.

Le Zika se transmet par la piqûre du moustique Aedes aegypti mais aussi par voie sexuelle. Si une femme enceinte est infectée par le virus, elle court un plus grand risque de donner naissance à un enfant avec une malformation du cerveau, connue sous le nom de microcéphalie.

Dans la revue médicale britannique The Lancet Infectious Diseases, des chercheurs ont recommandé de se préparer à une « épidémie globale » de microcéphalies dans les pays touchés par le virus Zika.

Publié le mardi 11 octobre 2016 à 9:46, modifications dimanche 20 novembre 2016 à 1:25

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !