Santé

La maladie du soda, ce nouveau fléau mondial méconnu

Tristement popularisée à travers l’hospitalisation du commentateur sportif Pierre Ménès, la maladie du soda touche aujourd’hui près d’un adulte sur trois dans le monde.

Bien qu’elle reste encore très largement méconnue, la maladie du soda, autrement appelée maladie du fois gras ou stéatose hépatique, touche aujourd’hui près d’un adulte sur trois dans le monde. Pour réagir à cette pandémie mondiale, une première « Journée internationale de la NASH » (l’acronyme anglais de cette maladie) est organisée ce mardi 12 juin 2018.

Une pandémie de grande ampleur

Plusieurs chercheurs de l’université Howard à Washington nous avaient déjà prévenu en 2016 à travers une étude scientifique sur cette maladie : celle-ci va devenir la prochaine épidémie mondiale. L’alimentation est bien sûr en cause derrière ce phénomène. En effet, nous avons tendance à manger de plus en plus sucré et gras, tandis que nos modes de vies deviennent de plus en plus sédentaires.

Cela entraîne une explosion de cette maladie, dont le taux peut atteindre jusqu’à 46% de la population dans certains pays. En moyenne, près d’un adulte sur trois en souffre actuellement dans le monde, et près de un sur cinq en France : ce sont des chiffres terrifiants, qui devraient largement alerter le pouvoir public.

L’entreprise pharmaceutique française Genfit est à l’origine de cette nouvelle campagne de sensibilisation à la maladie du soda à travers la journée de la Nash. En effet, celle-ci prépare actuellement un traitement pour lutter contre elle, le premier en la matière.

Veillez à bien vous faire dépister

Un portrait robot du malade type a été élaboré par le professeur Laurent Castera, hépatologue à l’hôpital de Beaujon :

Un homme mûr, qui a des conduites à risque avec une mauvaise alimentation et un mode de vie sédentaire, qui est inconscient de sa maladie et qui ne se soigne pas.

Le nom de ce médecin vous rappelle d’ailleurs peut-être quelque chose : il s’agit en effet du thérapeute qui a soigné le journaliste sportif Pierre Ménès. Ce dernier a en effet subi une longue hospitalisation à cause de cette maladie.

Il faut donc être particulièrement vigilant par rapport aux facteurs de risques liés à la maladie du soda. En effet, une fois passé l’âge de 40 ans, le surpoids, le diabète, l’hypertension et le cholestérol doivent être des signaux d’alerte à prendre très au sérieux. En effet, la NASH peut causer des hémorragie et des maladies cardiovasculaires et hépatiques très graves.

Des causes génétiques seraient également responsables du développement de la maladie, qui est plus courante dans les populations issues du Moyen-Orient et d’Amérique Latine.

Publié le mardi 12 juin 2018 à 16:34, modifications mardi 12 juin 2018 à 13:27

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !