Santé

Grâce à ce nouveau traitement, nous pourrons bientôt vaincre la rectocolite hémorragique

Une nouvelle molécule nommée ABX464 s’est montrée particulièrement efficace contre la rectocolite.

La rectocolite hémorragique (RCH) est une maladie très douloureuse des intestins. Mais son traitement reste problématique, car la moitié des malades ne réagissent pas ou mal aux traitements existants, et peuvent donc développer des complications qui peuvent aller jusqu’à l’amputation d’une partie des intestins. Mais le laboratoire Ambivax vient de publier une étude clinique sur l’un de ses médicaments qui montre des taux de rémissions impressionnants pour la RCH, de quoi redonner espoir aux malades. 

Une maladie moderne liée à notre alimentation

Les principaux symptômes de la RCH sont du sang dans les selles, une perte de poids importantes, des crises de diarrhée aiguës et des douleurs intenses. Cette maladie, qui se déclare le plus souvent entre l’âge de 15 et 25 ans, ressemble beaucoup à la maladie de Crohn. Mais contrairement à cette dernière, elle est due à une attaque du système immunitaire contre la paroi des muqueuses du rectum et du colon. La maladie de Crohn peut en effet toucher tous le tractus digestif, avec des conséquences encore plus graves.

La RCH est malheureusement une maladie qui ne se guérit pas, et la plupart des malades, qui atteignent le nombre de 3 millions en Europe et 1,5 millions aux Etats-Unis, doivent suivre un traitement pendant toute leur vie. Mais quelles sont les causes de cette maladie qui touche également 150 000 personnes en France ?

Les spécialistes pensent qu’il s’agit d’une maladie récente, qui s’est généralisée en Occident entre les années 1960 et 1980. Si elle peut être due à une fragilité génétique préexistante, sa cause principale est la présence accrue d’additifs comme les émulsifiants et les colorants dans notre nourriture. Ainsi, de nombreux pays africains et asiatiques commencent à présenter de nombreux cas en raison de leur adoption progressive du régime occidental.

Un nouveau traitement prometteur

Il existe déjà plusieurs traitements pour soigner la RCH, mais ces derniers restent insuffisants et ne parviennent pas à guérir tous les malades. Très souvent, l’inflammation est repoussée par le traitement des intestins au rectum. En tout, seulement un peu moins de la moitié des patients répondent positivement aux anti-TNF, ces médicaments considérés comme révolutionnaires lors de leur entrée sur le marché dans les années 2000.

Mais le même laboratoire qui les avait commercialisés à l’époque revient aujourd’hui avec une découverte encore plus surprenante. En effet, 32 patients recrutés dans 8 pays différents se sont vus administrer une nouvelle molécule : l’ABX464. Ce produit, qui est capable d’intensifier la production par le corps d’anti-inflammatoires pour traiter la maladie, a été administrée pendant 2 mois à 23 patients, tandis que 9 autres ont reçu un placebo. Et les résultats sont impressionnants.

En effet, même si le nombre de patients testés est très restreint, on peut avoir une idée du potentiel de ce traitement. Ainsi, après seulement 2 semaines, des effets se sont fait sentir avec une diminution des symptômes. Après 8 semaines, une amélioration impressionnante a été observée par endoscopie (envoi d’une sonde par les voix digestives). La moitié des patients traités ont vu leurs lésions cicatriser rapidement après le e traitement, et 35% ont carrément complètement guéri de la maladie. Au global, 70% des patients ont répondu positivement à cette nouvelle molécule révolutionnaire.

Il faudra attendre 2020 pour avoir un résultat définitif

Dans les prochaines phases de test, 180 patients issus de 70 à 100 hôpitaux à travers le monde seront recrutés pour tester cette molécule. L‘étude portera toutefois sur la dose la plus appropriée pour traiter la RCH. Les résultats de cette nouvelle étude seront ensuite publiés à partir de la deuxième moitié de l’année 2020. Cette phase de test correspond à la phase 2b des essais cliniques, et sera ensuite suivie par une phase 3, si les résultats sont à nouveau concluants. Un nombre très important de patients bénéficieront alors de ce traitement pour apporter une preuve formelle de son efficacité. Cette étape est en effet nécessaire avant de pouvoir obtenir une autorisation de mise sur le marché.

Une nouvelle étude sera également attendue pour la maladie de Crohn en 2019. La molécule du laboratoire Ambivax sera également étudiée pour le traitement d’autres maladies inflammatoires comme le psoriasis ou la sclérose en plaque.

Publié le samedi 15 septembre 2018 à 17:36, modifications samedi 15 septembre 2018 à 10:40

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !