Actualité

Royaume-Uni : À 17 ans, Miles Soloman détecte une erreur de la NASA

Miles Soloman, un adolescent britannique, analysait des données liées à la Station spatiale internationale quand il a repéré une anomalie.

On peut dire que Miles Soloman va pouvoir briller en classe.

En effet, Mashable a révélé ce vendredi 24 mars que ce lycéen britannique a réussi à détecter une erreur de la NASA.

Miles Soloman et sa classe de physique étudiaient les données de l’agence spatiale américaine dans le cadre d’un programme éducatif intitulé TimPix. Ils avaient donc accès à des relevés du niveau de radiation dans l’espace depuis une petite puce informatique, installée sur la Station spatiale internationale (ISS).

Alors que le relevé se fait toutes les 4 secondes environ, Miles Soloman a repéré que, parfois, l’ordinateur enregistrait un niveau de radiation égal à -1.

Or, cette mesure est scientifiquement impossible. En effet, si le capteur n’est pas exposé, le niveau tombe à zéro, mais ne peut pas être négatif.

Le lycéen a interpellé son professeur sur cette incohérence. Ce dernier l’a alors encouragé à contacter la NASA par mail.

Collaboration avec la NASA pour corriger le bug

Ça sonne plutôt cool. J’ai envoyé un e-mail à la Nasa.

S’est réjouit Miles Soloman au micro de la BBC.

Je ne cherche pas à prouver que la NASA a tort, ni que je suis le meilleur. Car évidemment je ne le suis pas. Je veux travailler avec eux et apprendre. Et qui sait ? Ils pourraient peut-être apprendre quelque chose de moi.

A-t-il modestement ajouté.

La prestigieuse agence spatiale américaine lui a d’abord répondu être au courant de cette erreur. Elle a précisé qu’elle ne se produisait qu’une à deux fois par an.

Et c’est là que le jeune garçon a expliqué qu’il avait découvert que le bug en question était en réalité très fréquent. Par conséquent son occurrence échappait le plus souvent à la vigilance des ingénieurs de la NASA.

Ces derniers n’ont pu que s’incliner devant la capacité d’analyse de l’adolescent.

Le professeur Becky Parker, la directrice du programme qui a permis à la classe de Miles Soloman d’inspecter les données de la NASA, s’est réjouit de cette trouvaille. A présent, elle espère que l’expérience inspirera les étudiants afin qu’ils deviennent la prochaine génération de scientifiques.

Publié le mardi 28 mars 2017 à 13:06, modifications mardi 28 mars 2017 à 10:46

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !