Actualité

Risque “extrême” de nouveaux feux de forêt en Suède, l’Europe du Nord suffoque

Les autorités suédoises ont lancé lundi un appel à la vigilance face au risque “extrême” de nouveaux incendies à l’approche de la canicule, tandis que les moyens en hommes et en matériel sont déjà sous tension.

D’Oslo à Riga, les pays nordiques et baltes sont écrasés depuis plusieurs semaines par la chaleur et la sécheresse qui embrasent forêts et tourbières, brûlent les pâtures, vident les nappes phréatiques et font même baisser le niveau des grands lacs.

La Suède, qui par endroits n’a quasiment pas enregistré de précipitations en près de trois mois et connaît le mois de juillet le plus chaud depuis au moins deux siècles et demi, a dû faire appel à la solidarité européenne pour lutter contre le feu.

Pas moins de 25.000 hectares sont déjà partis en fumée ou continuent de se consumer, ce qui représente deux fois la superficie de la ville de Paris.

L’Agence suédoise de la protection civile MSB recensait lundi soir 25 foyers actifs sur l’ensemble du territoire, plus de deux fois moins que la veille. Mais au moins quatre restent hors de contrôle et les prévisions météo ne jouent pas en faveur des soldats du feu.

Le risque est jugé “extrême”, en particulier dans la partie méridionale où le thermomètre pourrait atteindre 35°C localement dans les prochains jours, sans espoir de pluie, a prévenu au cours d’une conférence de presse la responsable des opérations de MSB, Britta Ramberg.

Selon l’agence, l’interdiction d’allumer des feux ou des barbecues n’est pas respectée. “Soyez responsables. Si vous déclenchez un feu, vous serez poursuivis”, a-t-elle averti.

L’Office des forêts a indiqué lundi dans un communiqué que la valeur des forêts détruites atteignait 900 millions de couronnes (87 millions d’euros).

Pompiers européens à pied d’oeuvre

Sous-équipée pour lutter contre des incendies de cette ampleur, la Suède a sollicité l’aide de ses voisins en activant le Mécanisme européen de protection civile, ainsi que le Centre euro-atlantique de coordination des réactions en cas de catastrophe qui dépend de l’Otan.

Un détachement de militaires français spécialisés dans la lutte au sol contre le feu à leur arrivée à l'aéroport de Stockholm, le 23 juillet 2018, en Suède

(credit photo AFP) Un détachement de militaires français spécialisés dans la lutte au sol contre le feu à leur arrivée à l’aéroport de Stockholm, le 23 juillet 2018, en Suède

L’Italie, l’Allemagne, la Norvège et le Danemark ont répondu à l’appel en envoyant hommes et matériel.

La France a dépêché deux Canadair pour s’attaquer à un des quatre incendies majeurs, ainsi que 60 sapeurs.

Basés dans la région de Ljusdal, à 400 km au nord-ouest de la capitale, les pompiers français doivent s’assurer que les feux sous contrôle ne repartent pas.

“Travailler des lisières actives, peu actives ou isolées, traiter la surface, gratter le terrain. C’est une lutte de longue haleine”, a dit à l’AFP le chef de ce détachement français, Stéphane Nisslé, à son arrivée dimanche soir à l’aéroport de Stockholm.

Dimanche sont également arrivés 139 pompiers polonais et leurs 44 camions dans la province du Jämtland (centre), acclamés à leur passage par les habitants.

L’Europe du Nord suffoque

La sécheresse et la chaleur affectent toute l’Europe du Nord.

En Finlande, la province septentrionale de Laponie est particulièrement touchée avec des feux de forêt et d’herbe persistants et la propagation à sa frontière orientale d’incendies partis de Russie.

La Norvège connaît aussi des températures très élevées avec le mois de mai le plus chaud de son histoire et des températures au-dessus de la normale saisonnière en juin, souvent supérieures à 30°C.

Plusieurs feux de forêt se sont déclarés ces dernières semaines dans le sud de ce royaume scandinave, sans connaître l’ampleur de ceux de la Suède voisine, mais causant le 15 juillet la mort d’un pompier.

Comme en Suède, des éleveurs sont contraints d’abattre une partie de leur cheptel, faute d’herbe et de foin, et le gouvernement a levé les taxes sur les importations de fourrage.

Situation critique également en Lettonie, où les autorités ont reçu en soutien un hélicoptère lituanien pour lutter contre les incendies qui y ont ravagé plus de 1.000 hectares d’arbres et de tourbières, selon le programme européen d’observation de la Terre Copernicus.

Photo prise le 23 juillet 2018 montrant une route enfumée par un incendie à Kineta près d'Athènes

(credit photo AFP) Photo prise le 23 juillet 2018 montrant une route enfumée par un incendie à Kineta près d’Athènes

Le sud de l’Europe, comme chaque été, est lui aussi la proie des flammes.

En Grèce, un incendie de forêt faisait rage lundi à 55 km à l’ouest d’Athènes, bordant l’autoroute qui mène au Péloponnèse et contraignant les autorités locales à ordonner une première évacuation dans la zone.

Ce pays méditerranéen est frappé par une vague de chaleur depuis dimanche, les services météo y ayant prévu jusqu’à 41 degrés Celsius dans les régions du centre.

Publié le lundi 23 juillet 2018 à 18:45, modifications lundi 23 juillet 2018 à 18:45

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !