Actualité

Rachid Kassim, le recruteur français de l’Etat islamique, tué en Irak ?

La DGSE vérifie s’il a bien été abattu par un drone

Rachid Kassim, l’un des terroristes les plus recherchés au monde aurait été tué par une frappe de la coalition internationale dans le nord de l’Irak, selon les Etats-Unis.

Selon une annonce de LCI et BFMTV, Rachid Kassim aurait été tué lors d’une frappe menée par la coalition internationale.

Le terroristes de l’Etat islamique, l’un des plus recherchés au monde, ferait partie des victimes d’un drone américain. Ce dernier aurait ciblé Mossoul, dans le nord de l’Irak, mercredi 8 janvier.

Le fief de l’organisation terroriste est actuellement assiégé par les troupes de Bagdad et de leurs alliés.

Selon les sites d’informations :

C’est une information très probable. Il aurait été tué il y a deux jours à Mossoul.

Pourtant, les autorités attendent la confirmation formelle. Si cette révélation aurait été transmise directement à la DGSE par la CIA ces dernières heures, des recherches sont cependant indispensables.

En effet, à plusieurs reprises déjà, des leaders de Daech ont été annoncés morts dans des bombardements ou des opérations ciblées de drones. Pourtant, après examen, ils ne se trouvaient pas à l’endroit de l’attaque. Finalement, il s’est avéré qu’ils étaient bien vivants.

Un membre très actif de l’Etat islamique

Rachid Kassim, originaire de Roanne, dans la Loire, est âgé de 29 ans. Il est devenu une cible prioritaire pour la France, mais aussi pour la coalition internationale.

En effet, parti rejoindre les rangs du groupe Etat islamique en 2012, le terroriste s’est fait une spécialité, via l’application Telegram, de repérer de nouvelles recrues françaises. Il avait pour mission de les convaincre de mener des attaques au nom de Daech.

En tant que principal recruteur de djihadistes sur les réseaux sociaux, il a téléguidé, de manière plus ou moins décisive, les attaques successives en France.

Par conséquent, depuis l’été dernier, son nom est apparu dans la plupart des dossiers concernant les attentats commis ou déjoués en France depuis l’été.

D’abord, celle de Magnanville (dans les Yvelines), où Larossi Abballa a tué un policier et sa compagne le 13 juin. Puis, celle de Saint-Étienne-du-Rouvray (en Seine-Maritime), où Adel Kermiche et Abdel Malik Petitjean ont tué un prêtre le 26 juillet. Mais également les projets d’attentats déjoués en France ces derniers mois. Tels que la voiture aux bonbonnes de gaz à Paris ou les projets d’assassinats de militaires par des adolescents radicalisés.

Publié le samedi 11 février 2017 à 9:36, modifications samedi 11 février 2017 à 9:36

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

2 Commentaires