Politique

Présidentielle 2017 : 2 Français sur 3 opposés à la candidature d’Emmanuel Macron

Alors qu’il s’apprête à donner un grand meeting à la Mutualité de Paris, mardi, Emmanuel Macron se retrouve confronté à la réalité des sondages. Ainsi, selon une étude menée pour le compte d’OpinionWay-metronews-LCI, deux tiers des Français se disent opposés à une candidature de l’actuel ministre de l’Économie.

Mardi 26 juillet au soir, Emmanuel Macron sera attendu de pied ferme à la Mutualité, à Paris, pour un grand meeting visant à propulser son mouvement politique, En Marche !, vers d’ambitieux horizons. Mais alors que certains s’attendent à un meeting fracassant, d’autres, à l’instar de Ouest France, n’y voient rien d’autre qu’une énième réunion devant les soutiens du ministre de l’Économie au cours de laquelle rien d’important n’y sera annoncé, pas même une candidature à la place de François Hollande. Encore heureux, diraient certains !

En effet, selon un récent sondage réalisé pour le compte d’OpinionWay-metronews-LCI, seuls 33% des Français souhaitent voir le nom d’Emmanuel Macron lors de la campagne de 2017. Un rejet massif des deux tiers de la population qui vient très nettement entacher les perspectives d’avenir d’un ministre particulièrement critiqué au sein-même de sa famille politique.

Ainsi, côté FN, seuls 25% de ceux qui avaient voté Marine Le Pen en 2012 se disent favorables à une candidature du ministre à l’élection présidentielle de 2017. Un rejet encore plus marqué à l’autre extrémité de l’échiquier politique, les partisans de Jean-Luc Mélenchon n’étant seulement que 15% à approuver le nom d’Emmanuel Macron sur les bulletins de vote.

La lueur d’espoir semble donc se trouver au centre et à droite pour le jeune ministre, qui trouve ainsi un timide soutien du côté des anciens électeurs de François Bayrou (50%) ainsi qu’une petite majorité du côté des anciens votants de Nicolas Sarkozy (55%). Des chiffres expliqués par Frédéric Micheau, directeur du département Opinion et politique au sein d’OpinionWay :

Cet électorat centriste est en accord avec le ‘ni droite ni gauche’ mis en avant par Emmanuel Macron, mais il reste partagé sur sa candidature puisqu’il y a déjà en face un candidat sur la même ligne, qui est Alain Juppé. Les électeurs de Nicolas Sarkozy, de leur côté, peuvent être motivés par un souci tactique, celui de diviser l’actuelle majorité pour affaiblir une éventuelle candidature de François Hollande.

Ce sondage laisse donc penser qu’Emmanuel Macron a encore du pain sur la planche s’il désire se porter candidat dans la course à l’Elysée.

Publié le lundi 25 juillet 2016 à 8:54, modifications lundi 25 juillet 2016 à 8:54

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !