Politique

Législatives 2017 : Qui sont les candidats de La République En Marche ?

La liste des candidats investis par La République En Marche ! a révélé quelques noms qui ont attiré l’attention. Il s’agit aussi bien des candidats issus de la société civile que des élus sortants. Petit tour d’horizon de ces candidats « insolites ».

Le plus jeune a 24 ans, le plus vieux en a 72. La liste des 428 candidats à parité hommes et femmes pour La République En Marche ! a été publiée jeudi 11 mai.

Ces candidats « issus de l’ensemble du spectre politique républicain » se sont réunis ce samedi 13 mai au musée du quai Branly « pour un séminaire de présentation et de travail ».

Elus, chefs d’entreprise, personnalités publiques, les 428 aspirant-députés de La République en marche ont pu confronter leurs profils très différents.

Les politiques

Comme s’y était engagé Emmanuel Macron pendant sa campagne, 52% des candidats sont issus de la société civile. Pour autant, les élus et candidats issus de la sphère politique n’ont pas été totalement oubliés.

Ainsi, 24 députés issus de la gauche, socialistes pour la plupart, partiront à la bataille législative sous la bannière de La République en Marche.

On retrouve notamment Matthieu Orphelin. Il s’agit de l’ancien vice-président Europe Ecologie du Conseil Régional des Pays de la Loire et proche de Nicolas Hulot.

Séduit par l’approche d’Emmanuel Macron en matière d’écologie, celui qui a passé 17 ans au siège national de l’Ademe (Agence pour l’environnement et la maîtrise de l’énergie), a décidé de renouer avec les mandats électifs sous l’étiquette La République En Marche.

François de Rugy, l’ancien candidat à la primaire de la gauche, est de ceux-là, pour la 1ère circonscription de Loire-Atlantique (Nantes-Orvault).

Tout comme l’écologiste Barbara Pompili, secrétaire d’Etat à la Biodiversité de François Hollande, dans la 2ème circonscription de la Somme (Amiens).

En outre, si aucun député Les Républicains ou UDI sortant n’a été investi, plusieurs candidats sont issus des rangs de la droite.

A l’image d’Aurore Bergé, ancienne supportrice d’Alain Juppé, dans la 10e circonscription des Yvelines. Celle du candidat à la primaire de la droite, Jean-Frédéric Poisson (PCD).

Les chefs d’entreprise

Celui qui a conquis l’Elysée sur le thème de l’entreprenariat a fait la part belle au monde de l’économie.

Ainsi, petits entrepreneurs ou dirigeants de grandes entreprises se lanceront dans la mêlée électorale en juin prochain.

Bruno Bonnell, ex-PDG d’Infogrames et Atari, se mettra en marche pour porter le fer contre Najat Vallaud-Belkacem dans le Rhône, à Villeurbanne.

David Simonet, le PDG du poids-lourd français de la chimie, Axyntis, tentera sa chance dans le Loiret.

Des têtes d’affiche

Plusieurs personnalités investies sont plus connues que les autres. On notera ainsi la présence du mathématicien Cédric Villani dans la 5ème circonscription de l’Essonne.

À 43 ans, il est probablement l’un des investis les plus insolites de La République En Marche. Ce professeur à l’université Lyon I a reçu en 2010 la médaille Fields, l’équivalent du prix Nobel pour les mathématiques.

Le parti d’Emmanuel Macron a également investi la torera à cheval Marie Sara, connue des amateurs de corrida.

L’ex-épouse du tennisman Henri Leconte affrontera le député FN sortant Gilbert Collard dans le Gard.

On retrouve également, Laurence Vichnievsky, ex-juge du pôle financier.

La conseillère régionale, élue sur la liste Les Républicains de Laurent Wauquiez en 2015, sous l’étiquette du MoDem, hérité de la 3e circonscription du Puy-de-Dôme.

L’ex-magistrate est connue du grand public pour avoir instruit, avec Eva Joly, les affaires Elf, Dumas, ou celles des Frégates de Taïwan. Un autre ancien juge fait également parti de la liste des candidats de La République En Marche.

Il s’agit d’Eric Halphen, le « traqueur de corruption », investi dans la 2e circonscription du Calvados. Son nom était devenu public dans les années 1990 lors de l’enquête sur les financements occultes du RPR dirigé alors par Jacques Chirac.

Cofondateur de l’association Anticor et héraut de la lutte anti-terroriste, il avait apporté son soutien public à Emmanuel Macron.

Les candidatures atypiques

Certains candidats sont plus atypiques que d’autres parmi les investis de La République en Marche pour les législatives.

Ainsi, Marion Buchet, pilote de chasse dans l’armée de l’air, brigue un siège de député en Meurthe-et-Moselle.

Autre profil insolite, celui de Christian Gérin, producteur de l’émission Faites entrer l’accusé, qui se lance en Charente-Maritime.

Enfin celui de Jean-Michel Fauvergue, qui a dirigé pendant quatre ans le Raid, l’unité d’élite de la police. Il se présente en Seine-et-Marne.

Finalement, dans plusieurs circonscriptions, le mouvement se réserve le droit de ne pas présenter de candidat. Il pourra aussi ajouter son étiquette à celle d’un autre parti. Les derniers noms devraient être connus mercredi prochain.

Publié le dimanche 14 mai 2017 à 10:05, modifications dimanche 14 mai 2017 à 9:47

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !