Politique

Jean-Luc Mélenchon dénonce « l’ivresse des sommets » d’Emmanuel Macron

Depuis son élection en mai dernier, Emmanuel Macron ne cesse de se faire remarquer suite à ses sorties médiatiques parfois controversées. Il n’en fallait pas plus pour que Jean-Luc Mélenchon se fende d’un texte dans lequel ce dernier dénonce notamment « l’ivresse des sommets » du nouveau chef de l’État…

En mai dernier, Emmanuel Macron accédait à la présidence de la République. Depuis, le chef de l’État n’a pas lésiné sur les sorties médiatiques. Et s’il y a bien un homme politique qui a observé dans le détail chaque propos du nouveau dirigeant français, c’est à coup sûr Jean-Luc Mélenchon…

Et pour cause, siégeant désormais à l’Assemblée, le leader de la France Insoumise s’est récemment fendu d’un texte visant à commenter les dernières actions d’Emmanuel Macron. Ainsi, c’est sur son blog que le candidat à la présidentielle a publié un texte intitulé Jupiter déraille. Faisant référence au « recadrage » du président au chef d’état-major Pierre de Villiers, Jean-Luc Mélenchon dénonce notamment :

Le général devait dire ce qu’il pense vraiment et sincèrement dans les mots qui lui paraissaient les plus adaptés pour décrire son état d’esprit. La préoccupation qu’il exprime est trop délicate pour être seulement réglée par un rappel à l’ordre.

Parlant de « l’ivresse des sommets » du chef de l’Etat, l’ancien leader du Front de Gauche ne s’arrête pas là…

Macron en prend pour son grade

En effet, bien loin de contenir son propos, Jean-Luc Mélenchon poursuit sur le sujet militaire. Il ajoute, faisant référence au potentiel rapprochement des armées françaises et allemandes :

On a déjà vendu la moitié de l’entreprise qui produit les chars Leclerc à une famille de milliardaires allemands. On pensait que l’air du bradage généralisé qui a été la caractéristique de la présidence de M. Hollande en matière de défense était enfin terminé. Apparemment il n’en est rien.

Enfin, dénonçant d’abord l’accueil réservé à Benjamin Netanahyu, dimanche, lors de la commémoration du Vel d’Hiv, le numéro un de la France Insoumise regrette les propos d’Emmanuel Macron sur ce sujet historique. Il confie :

Dire que la France, en tant que peuple, en tant que nation est responsable de ce crime c’est admettre une définition essentialiste de notre pays totalement inacceptable. (Il n’est pas du) pouvoir de M. Macron d’assigner tous les Français à une identité de bourreau.

Pas de doute : les cinq prochaines années s’annoncent animée entre les deux représentants !

Publié le mardi 18 juillet 2017 à 13:04, modifications mardi 18 juillet 2017 à 11:47

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !