Politique

François Hollande sort du silence et met en garde Emmanuel Macron

François Hollande est sorti de sa réserve beaucoup plus tôt que prévu. Et il a mis en garde Emmanuel Macron.

Excepté lors d’un court déplacement à Arles le 21 juillet, François Hollande était resté silencieux depuis son départ de l’Elysée le 14 mai dernier.

En effet, tout en louant son bilan devant la presse, l’ancien de l’Etat avait déclaré fin juillet qu’il ne fallait « pas compter pas sur lui pour commenter l’actualité… dans cette première période ». Pourtant, à peine un mois plus tard, il s’est affranchit des règles qu’il avait lui-même édictées.

Ainsi, mardi 22 août, François Hollande est revenu sur la scène politique. Dans une interview reprise notamment par BFM-TV il a adressé une sévère mise en garde à son successeur.

En marge d’une visite au Festival du film francophone d’Angoulême, l’ancien chef de l’État, a lancé un cinglant avertissement sur la réforme en cours du Code du travail.

Non aux «sacrifices qui ne sont pas utiles»

Il ne faudrait pas demander aux Français des sacrifices qui ne sont pas utiles.

A ainsi commencé François Hollande.

Il ne faudrait pas flexibiliser le marché du travail au-delà de ce que nous avons déjà fait. Au risque de créer des ruptures. Ce qu’il faut, c’est conforter le mouvement qui est engagé : l’investissement, la consommation, le pouvoir d’achat. Et éviter toute décision qui viendrait contrarier ce mouvement.

A-t-il ajouté en s’attribuant par la même occasion l’embellie économique qui se dessine.

Une annonce qui fait également suite à plusieurs déclarations de proches de Hollande qui, ces derniers jours, veulent réhabiliter le bilan du précédant quinquennat.

Les résultats sont là, ils étaient d’ailleurs apparus dans les derniers mois du quinquennat et sont d’autant plus manifestes aujourd’hui.

Or, cette révélation inattendue intervient à un moment clé de la réforme menée par Muriel Pénicaud. En effet, la ministre du Travail a commencé mardi après-midi à recevoir les partenaires sociaux. Elle doit leur présenter les premiers arbitrages concernant les ordonnances qui devraient réformer le code du travail.

En outre, ces dernières semaines, la diminution du nombre d’emplois aidés, la hausse de la CSG ou la baisse des Aides au logement ont par ailleurs été dénoncées par les adversaires politiques d’Emmanuel Macron ainsi que par d’autres acteurs institutionnels, économiques ou sociaux.

Publié le mercredi 23 août 2017 à 13:05, modifications mercredi 23 août 2017 à 13:05

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

2 Commentaires