Politique

Election Présidentielle 2017 : Quel rôle joue réellement Facebook ?

Le réseau social est très utilisé, mais quelle est sa véritable influence dans la campagne présidentielle ?

Facebook n’a jamais été autant un espace d’affichage de ses opinions politiques que ces derniers jours. Mais est-ce que le réseau social a vraiment une influence ? Décryptage !

Facebook est inondé de statuts en tout genre, de prises de positions, de militantisme pour tel ou tel candidat. A tel point que c’est un peu l’overdose, il faut bien l’avouer ! On trouve de tout et de n’importe quoi ces derniers jours. Ce qui nous amène à nous demander si c’est vraiment utile. Quel est le rôle de Facebook dans cette campagne politique ? Une épineuse question !

Un réseau social intéressant

On aime Facebook ou pas, mais il y a quelque chose qu’on ne peut pas lui enlever : c’est que le réseau social a une véritable influence sur la vie quotidienne de nombreux Français. C’est devenu un lieu d’expression pour ceux qui se servent du réseau social. On peut en effet partager des articles, des informations… mais aussi faire part à ses « amis » de ses opinions personnelles. Dans le cadre de l’élection présidentielle, ça foisonne !

Il faut malheureusement avouer que le débat ne vole pas haut. En effet, on peut constater dans cet entre-deux tours de l’élection présidentielle, que Facebook est un lieu de déversement d’opinions, d’appels à voter, d’analyses (pas toujours judicieuses d’ailleurs)… Bref, les internautes s’y donnent à cœur joie, et chacun y va de son petit commentaire.

Mais du coup, face à ce foisonnement éditorial, on se demande quelle est la véritable influence de ces messages. Jouent-ils véritablement un rôle dans la campagne électorale ? Aident-ils les indécis à se forger une opinion ? Et quelle est la qualité de ce débat virtuel ?

Un choix politique assumé

Vous l’avez sans doute remarqué, mais vous avez certains de vos « amis » qui inondent votre mur d’actualités, d’informations sur tel ou tel candidat, de statuts sur les questions politiques. Le problème, c’est qu’en donnant un avis aussi prononcé sur une question personnelle (celle du vote), ces derniers espèrent convaincre une partie de leurs  « amis » facebookiens.

C’est donc une sorte de propagande mal dissimulée. Qui a finalement comme conséquence d’embrouiller ceux qui n’ont pas un avis tranché. Et qui agace ceux qui ne sont pas en accord avec cet avis !

Xavier De la Porte, essayiste et journaliste, a d’ailleurs tenu à se positionner sur la question, et a ainsi expliqué :

Avant donc, on se couchait avec une impression, et on attendait le lendemain matin pour la préciser ou l’amender. Aujourd’hui, on se couche la tête pleine des résultats, des analyses politiques, des analyses de nos amis, des amis de nos amis, de gens qu’on ne connaît pas qui se réjouissent, s’affligent, se mobilisent ou se démobilisent, qui iront voter ou n’iront pas.

Des thématiques redondantes

On constate que sur Facebook, le débat n’est pas celui des idées. Mais il se concentre sur des questions et des positionnements d’ordre politique. Ainsi, certaines questions passionnent les foules dans cet entre-deux tours. Par exemple, nombreux sont ceux à se demander si Jean-Luc Mélenchon appelle ou non à voter pour Emmanuel Macron. D’autres se demandent s’il vaut mieux s’abstenir pour faire barrage au Front National, ou s’il faut voter en faveur de celui qu’on surnomme maintenant le candidat des banques.

Malheureusement, ces questions de fond ne forment pas la majorité de ce qu’on peut lire sur Facebook. Le contenu de la majeure partie des internautes est finalement très critique, et n’apporte pas grand-chose au débat…

Beaucoup d’humour

En effet, on constate que les caricatures sont nombreuses (et font beaucoup rire !), les détournements, les vidéos buzz… Beaucoup de contenu qui n’est pas vraiment sérieux, et qui amusent les internautes. Mais est-ce que cette floraison de notes humoristiques sur les candidats est vraiment utile ?

Diminuer les candidats, se moquer d’eux et affaiblir leur image à l’approche du second tour pourraient être, selon de nombreux observateurs, extrêmement dangereux. Car il éloignerait les internautes des véritables questions qu’il faut se poser dans cette élection présidentielle qui, il faut bien l’avouer, ne se déroule pas tout à fait comme d’habitude.

La science infuse ?

Autre souci largement pointé du doigt et décrié par de nombreux adeptes de Facebook : les « amis » qui incitent au vote, et refusent le débat. Ces derniers se caractérisent par la publication de statuts qui n’amènent pas à la discussion. Ils imposent leur point de vue à leur entourage, ce qui nuit au débat politique, et entrave la véritable liberté d’expression.

Résultat ? Plusieurs internautes ont expliqué que dans le cadre de cette élection présidentielle, ils avaient bloqué certains de leurs contacts, refusant leurs idées politiques. Partager ses opinions politiques, c’est bien, mais il faut le faire à bon escient, et éviter le matraquage… Il faut toujours garder à l’esprit que dans une démocratie, chacun a son avis, et chacun a des arguments bien précis en fonction de ses idées…

Car nombreux sont ceux à affirmer être lassés de lire l’opinion détaillée des autres… Surtout que c’est redondant, et que finalement, ça semble avoir un impact très limité !

Quel impact ?

Aux Etats-Unis, Rantic a mené une enquête d’opinion à ce sujet en 2016, cherchant à savoir quel était le réel impact des messages politiques postés sur Facebook par telle ou telle personne. Le constat est clair : il n’y en a quasiment aucun !

En effet, les réactions aux publications politiques ne manquent pas, c’est une certitude. Mais le débat est vain, et les « amis » ne changent pas d’avis. Les convictions sont tenaces, et même ceux qui se connaissent ne se laissent pas influencer par une réflexion personnelle sur une campagne présidentielle.

L’enquête américaine a été conduite auprès de 10 000 américains qui utilisent Facebook tous les jours. Le résultat est très clair puisque 94% des Républicains et 92% des Démocrates affirment ne pas avoir changé d’avis après avoir consulté les messages de leurs amis sur Facebook. Et 65% de personnes interrogées estime que Facebook n’est pas un lieu approprié pour parler de politique.

Et pourtant, Facebook reste un outil politique intéressant, voire carrément indispensable. Pourquoi ?

Facebook et son utilité en politique

Facebook est cela dit un outil politique intéressant. C’est en effet un très bon moyen de rapprocher les gens qui ne se voient pas ou plus. C’est parfois l’occasion de renouer le dialogue, et de discuter. En ce moment, Facebook est devenu un véritable espace de discussion, dans lequel la parole est plus libre. C’est tellement plus facile de s’exprimer à travers un clavier que face à face !

Facebook est une source incroyable d’idées, d’analyses, d’arguments… Et il est très intéressant de puiser dans certaines de ses ressources pour se forger une opinion plus construite sur tel ou tel sujet. Malgré tout, les opinions politiques des Facebookiens n’intéressent finalement pas grand monde, et n’ont pas une grande influence sur les « amis ».

A méditer !

Publié le dimanche 30 avril 2017 à 9:37, modifications samedi 29 avril 2017 à 16:05

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !