Politique

Election présidentielle 2017 : En Marche ! dénonce un « piratage massif de documents de campagne »

En Marche !, le mouvement fondé par Emmanuel Macron a évoqué une tentative de déstabilisation à l’approche du dernier scrutin de l’élection présidentielle.

A la veille du second tour dimanche 7 mai entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, la campagne pour la présidentielle a connu un énième rebondissement avec la fuite sur internet de milliers de documents de la campagne d’Emmanuel Macron.

Une « déstabilisation » aussitôt dénoncée par l’équipe d’En Marche !.

Les fichiers qui circulent ont été obtenus il y a plusieurs semaines. Grâce au hacking de boîtes mail personnelles et professionnelles de plusieurs responsables du mouvement

A précisé le mouvement dans un communiqué, émis vendredi 5 mai, en ajoutant que ces documents étaient tous « légaux ».

Un parallèle avec Hillary Clinton

Au total, il y a « des dizaines de milliers d’emails, de photos et de pièces jointes, datant du 24 avril au plus tard », selon WikiLeaks.

Le site fondé par Julian Assange, qui a relayé sur son compte Twitter le lien hypertexte menant à ces documents, a assuré ne pas être à l’origine de cette opération de piratage qu’il a aussitôt baptisée du hashtag #MacronLeaks.

Ceux qui font circuler ces documents ajoutent à des documents authentiques nombre de faux documents. Afin de semer le doute et la désinformation.

A affirmé l’équipe d’En Marche !, en faisant un parallèle avec le piratage qui avait visé l’équipe de Hillary Clinton, la candidate démocrate à la présidentielle américaine de 2016.

Dans un communiqué aux premières heures ce samedi 6 mai, la Commission nationale de contrôle de la campagne présidentielle (CNCCEP) française a recommandé aux médias « de ne pas rendre compte du contenu » de ces documents issus d’une « attaque informatique ».

En outre, elle a rappelé que « la diffusion de fausses informations est susceptible de tomber sous le coup de la loi ».

Rappelons qu’Outre-Mer, les premiers électeurs se rendront aux urnes samedi à 12h (heure de la métropole) à Saint-Pierre-et-Miquelon. Puis une heure plus tard en Guyane. Les Antilles commenceront à voter à 14h et la Polynésie à 20h.

Dans la soirée, ce sera le tour de Wallis et Futuna puis de la Nouvelle Calédonie. Et enfin, dimanche à partir de 06h la Réunion et de 7h pour Mayotte.

De plus, les 1,3 millions de Français de l’étranger sont eux aussi appelés aux urnes à partir de samedi.

Enfin, en France métropolitaine, les 66.546 bureaux de vote ouvriront dimanche dès 8h et fermeront à 19h.

Les bureaux resteront ouverts jusqu’à 20h dans certaines grandes villes.

Publié le samedi 6 mai 2017 à 11:11, modifications samedi 6 mai 2017 à 10:48

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !