Actualité

Paris : le suspect de l’attaque du Louvre formellement identifié

L’identité de l’homme qui a attaqué des militaires dans le Carrousel du Louvre vient d’être confirmée. On revient avec vous sur les derniers éléments de l’enquête …

On connait maintenant avec certitude l’identité de l’attaquant du Carrousel du Louvre. Abdallah El-Hamahmy, c’est son nom, a accepté de parler aux enquêteurs. Grâce à un téléphone portable retrouvé sur les lieux, ceux-ci avaient pu établir un profil provisoire. Cependant, le ressortissant égyptien de 29 ans a confirmé son identité il y a quelques jours, au cours de sa garde à vue.

Les enquêteurs de la section anti-terroriste ont également pu retracer le parcours du jeune homme. Inconnu des services de renseignement, il est arrivé en France légalement. Il aurait atterri à Paris le 26 janvier dernier, depuis Dubaï où il travaille. Deux jours plus tard, El-Hamahmy s’est rendu dans une armurerie où il a pu acheter les machettes ayant servies à l’attaque. De grosses sommes d’argent ont été découvertes lors d’une perquisition dans l’appartement que louait l’attaquant, dans le VIII ème arrondissement.

Des confidences troublantes

Blessé au ventre, l’assaillant était soigné à l’hôpital Georges Pompidou. En raison de l’aggravation de son état de santé, la garde à vue a été levée. Il a cependant accepté de livrer sa version des faits aux enquêteurs. Selon lui, il était venu au Louvre dans le but de mener une action symbolique contre la France. Il a déclaré ne pas avoir eu l’intention de s’attaquer aux militaires et souhaitait uniquement dégrader des œuvres d’art avec la peinture retrouvée dans ses affaires.

Mais sa version des faits semble douteuse. En effet, pourquoi était-il en possession de machettes s’il souhaitait uniquement s’attaquer aux œuvres du musée ? De plus, des images de vidéosurveillance montre que le suspect était présent au Louvre le 29 janvier, soit huit jours avant son attaque. Il s’était glissé à une foule de touriste dans le Carrousel puis à l’intérieur du musée.

Aucune revendication n’a été faite à ce jour. Cependant, les enquêteurs ont pu rassembler des tweets du suspect apportant son soutien au groupe Etat Islamique. De nombreuses questions restent également sans réponses. Notamment si l’attaque avait été commanditée ou si le suspect a agit seul. La location d’un appartement proche des Champs-Elysées sème le doute. En effet, la réservation de celui-ci aurait été faite dès le mois de juin, bien avant le dépôt de demande de visa du suspect, effectuée en octobre dernier. L’enquête est confiée à la DGSI et à la section antiterroriste de la Brigade criminelle.

Publié le jeudi 9 février 2017 à 12:45, modifications jeudi 9 février 2017 à 12:30

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !