Actualité

Paris Black Pride : l’association LGBT sort de son silence

Cinq jours après les accusations de non-respect de contrat et de malhonnêteté intellectuelle portées contre elles sur les réseaux sociaux, l’association LGBT Paris Black Pride sort de son silence. Au moyen d’un communiqué, elle reconnait une partie des faits, mais en attribue la responsabilité à un seul de ses membres.

C’est via un communiqué publié sur sa page Facebook que Paris Black Pride (PBT) met les choses au clair. En effet, l’avant-veille, MinuteNews vous informait des accusations poursuivant la structure.

Rappel des faits reprochés à la Paris Black Pride

Des artistes ayant travaillé pour ce groupe de bénévoles dénonçaient des contrats non respectés. Paris Black Pride n’aurait, de fait, pas rémunéré leur travail, malgré l’utilisation des oeuvres livrées.

De plus, des collectifs et acteurs du tissu militant parisien montaient eux aussi au créneau. Ces derniers fustigeaient une habitude de l’association. Celle d’effectuer des emprunts d’argumentaires pour nourrir ses plaidoyers, sans toutefois en créditer les véritables auteurs.

Les missions que se donne cette association

Communiqué complet de l’antenne parisienne de Paris Black Pride, tel que publié hier après-midi / Crédits © Compte Facebook Paris Black Pride

Dès l’entame de son communiqué, le conseil d’administration de Paris Black Pride clarifie le but de son existence. 

  • Premièrement, donner de la visibilité aux lesbiennes, gays, bisexuel.le.s, trans et queers noir.e.s, mais aussi aux alliés de ces derniers ;
  • En second lieu, renforcer l’estime de soi des individus se reconnaissant appartenir à ces groupes ;
  • Pour finir, être le pendant hexagonal de la Black Pride. PBT fait en effet partie d’une fédération mondiale de «Black Prides», dont elle hérite le concept et le nom.

Le méa culpa de Paris Black Pride

Aussi, c’est consciente que ce qui lui est reproché va à l’encontre des objectifs cités plus haut, que la Paris Black Pride fait son mea culpa.

Un membre de notre association a contracté des dettes qui ne sont pas encore payées.

Avoue-t-elle. Admettant, de fait, que les accusations étaient fondées.

La partie responsable se reconnait en tant que seule responsable pour cette situation et la résorbera dans les plus brefs délais.

Assure la Paris Black Pride.

Puis, l’association promet qu’une telle erreur « ne se répétera pas ». Avant d’annoncer son entrée dans le long travail de reconquête de confiance, qui souvent suit ce type d’affaires. 

Un chemin vers la résilience que nous espérons à la fois salutaire et formateur, pour les différentes parties. Car, si leur exécution reste regrettable, les buts d’origine de Paris Black Pride demeurent toutefois nécessaires.

Publié le jeudi 2 août 2018 à 15:37, modifications jeudi 2 août 2018 à 10:53

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !