Monde

Syrie : Le régime de Bachar al-Assad prépare-t-il une nouvelle attaque chimique ?

La Maison-Blanche a annoncé avoir identifié de « potentiels » préparatifs d’attaque chimique par le régime de Bachar al-Assad.

Dans un communiqué du lundi 26 juin, le porte-parole de la Maison-Blanche, Sean Spicer, a déclaré que le régime syrien de Bachar al-Assad préparait une nouvelle attaque chimique en Syrie.

Les États-Unis ont identifié de potentiels préparatifs d’une autre attaque chimique par le régime syrien d’Assad. Elle pourrait provoquer le massacre de civils, y compris des enfants innocents.

Si c’était avéré, les Etats-Unis ont menacé le régime syrien de lui faire payer le « prix fort ».

Des similitudes avec l’attaque du 4 avril

En effet, les préparatifs détectés seraient similaires à ceux entrepris avant l’attaque de Khan Cheikhoune.

Celle-ci, encore présente dans tous les esprits, avait fait 88 morts, dont 31 enfants.

Selon l’Observatoire syrien des Droits de l’Homme (OSDH), il s’agissait de la deuxième attaque chimique la plus meurtrière depuis le début du conflit en 2011 après celle au gaz sarin qui avait fait plus de 1.400 morts dans la banlieue de Damas en 2013.

Pourtant, Damas et Moscou avaient réfuté ces accusations.

Malgré tout, les Etats-Unis avaient riposté dans la nuit du 6 au 7 avril.

En effet, ils avaient tiré 59 missiles de croisière Tomahawk depuis deux navires américains en Méditerranée vers la base aérienne d’Al-Chaayrate, près de Homs.

En outre, dans le communiqué, Sean Spicer a rappelé que les États-Unis étaient en Syrie pour combattre les djihadistes du groupe État islamique.

Les forces américains sont officiellement présentes en Syrie pour conseiller et pour armer les Forces démocratiques syriennes (FDS) qui luttent contre l’organisation terroriste.

Par conséquent, il ne s’agit pas de lancer une guerre contre le régime d’Assad.

Des frappes répétées

Cependant, si le président syrien lançait une nouvelle attaque à l’arme chimique, « lui et son armée paieraient le prix fort ».

Toute nouvelle attaque lancée à l’encontre de la population syrienne sera attribuée à Assad. Mais également à la Russie et à l’Iran qui l’ont aidé à tuer son propre peuple.

A pour sa part prévenu, lundi soir, dans un tweet, Nikki Haley, l’ambassadrice américaine à l’ONU.

Ainsi, la tension est à nouveau montée d’un cran.

Depuis avril, Washington a multiplié les frappes sur des milices chiites soutenues par l’Iran. De plus, l’armée américaine a abattu un drone, et, plus récemment, un avion de l’armée de l’air syrienne, au sud de Raqqa.

Les Etats-Unis avaient alors expliqué que l’appareil menaçait des FDS alliées de la coalition.

Et à trois reprises au moins depuis le début mai dans la région d’Al-Tanaf, près de la frontière avec l’Irak et la Jordanie, les forces américaines ont bombardé des forces pro-régime qui menaçaient des soldats de la coalition. Par conséquent, ces tensions ont, par ricochet, détérioré les relations avec la Russie, principale alliée de Bachar al-Assad.

L’administration de Poutine avait dénoncé un « acte d’agression ».

Publié le mardi 27 juin 2017 à 18:16, modifications mardi 27 juin 2017 à 18:16

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !