Monde

Sri Lanka : Avec le rétablissement de la peine de mort, emploi de bourreau à pourvoir

Après avoir rétabli la peine de mort, le gouvernement du Sri Lanka s’apprête à publier une annonce pour recruter « un responsable des pendaisons ».

Voilà une offre d’emploi qui va surprendre. En effet, le président du Sri Lanka, Maithripala Sirisena, a annoncé en juin, la fin du moratoire sur la peine de mort pour les trafiquants de drogue. Ainsi, son gouvernement veut désormais passer à la pratique. Et pour ce faire, il lui manque un élément central : « un responsable des pendaisons ».

Les Philippines comme modèle

Le Sri Lanka n’a plus appliqué la peine de mort depuis 1976. Mais le gouvernement a pris pour « modèle » les Philippines dirigées par Rodrigo Duterte. En effet, depuis son arrivée au pouvoir en 2016, le président philippin a déclaré une guerre sans merci au trafic de drogue. La police philippine dit avoir tué environ 4.200 toxicomanes et trafiquants présumés. Cependant, les défenseurs des droits affirment qu’il faut multiplier ce chiffre par trois et dénoncent des exécutions extrajudiciaires.

Nous allons essayer de rééditer ce succès philippin.

A ainsi déclaré le porte-parole du gouvernement, Rajitha Senaratne.

Si, aux Philippines, les exécutions peuvent se faire en pleine rue, elles sont au Sri Lanka effectuées par pendaison. Le président Maithripala Sirisena a déjà annoncé que ces criminels, qui purgent actuellement des peines de prison à vie, allaient désormais être exécutés. Des condamnations à la peine de mort sont régulièrement prononcées pour des cas de meurtre, viol et de crimes liés à la drogue. Pourtant, elles ont été jusqu’à présent commuées en prison à perpétuité. Selon le porte-parole du système pénitentiaire, 373 personnes ont été condamnées à mort dans son pays. Dont 18 pour des crimes graves liés aux stupéfiants. Toutefois, le bureau des exécutions n’a plus d’employés depuis que les trois derniers ont démissionné.

Ainsi, le gouvernement sri lankais publiera dans les jours qui viennent une annonce pour un poste de « responsable en charge des exécutions des prisonniers par pendaison ». Le salaire proposé serait de 35.000 roupies par mois, soit 200 euros.

Publié le samedi 14 juillet 2018 à 11:17, modifications samedi 14 juillet 2018 à 11:08

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !