Monde

Le risque de tsunami qui inquiète l’Espagne et le Portugal

Un gigantesque tsunami pourrait frapper les côtes espagnoles et portugaises, faisant des milliers de morts.

Ce ne serait qu’une question de temps avant qu’un gigantesque tsunami déferle sur les côtes de l’Espagne et du Portugal.

En effet, dans un documentaire, appelé La gran ola (la grande vague), une quarantaine de scientifiques ont averti qu’un immense mur d’eau allait fracasser les côtes espagnoles et portugaises.

Selon eux, la catastrophe ferait des milliers de victimes et provoquerait des dégâts colossaux.

De plus, les scientifiques ont déploré que les régions concernées n’étaient pas assez préparées pour affronter un tel scénario catastrophe.

Selon le réalisateur du documentaire, Fernando Arroyo, interrogé par le Daily Mail, le tsunami pourrait s’inscrire dans la répétition du terrible tremblement de terre survenu à Lisbonne au XVIIIème siècle.

En effet, ce fameux séisme avait frappé la capitale portugaise le 1er novembre 1755, à 9 h.

On estime aujourd’hui qu’il aurait fait entre 50 000 et 70 000 morts parmi les 275 000 habitants.

La secousse fut suivie par un tsunami et des incendies, qui détruisirent la ville de Lisbonne dans sa quasi-totalité.

Ainsi, le réalisateur a estimé qu’à l’image de cette catastrophe, dans ce tsunami des temps modernes des dizaines de milliers de personnes pourraient être tuées.

Des centaines de milliers d’autres pourraient être touchées par l’évacuation. Mais aussi des coupures de courant et un manque de nourriture et d’eau.

Le Golfe de Cadix, la zone la plus touchée

Le Golfe de Cadix serait la région la plus exposée.

Située sur la côte atlantique de l’Andalousie, autour de la ville de Cadix, c’est une zone très prisée des touristes.

Elle s’étend entre le détroit de Gibraltar et le cap de Saint-Vincent au Portugal.

En outre, le Golfe de Cadix est également une région d’activité importante. Car stimulée par sa position très ouverte sur l’Atlantique, à l’entrée de la mer Méditerranée, et les nombreux fleuves qui viennent s’y jeter.

Cependant, il s’agit d’une zone à l’activité sismique constante, en raison de sa situation sur la zone de contact entre la plaque africaine et la plaque eurasienne.

Ainsi, le documentaire interroge un certain nombre de scientifiques de la région, qui font écho aux craintes exposées par le réalisateur.

En effet, ils se disent particulièrement préoccupés par l’inefficacité d’un système d’alerte rapide. Ce dernier étant inadapté pour permettre aux gens de se préparer à une vague imminente.

Begona Perez, le responsable de la division de l’océanographie des ports espagnols, a ainsi déclaré au cinéaste :

La question n’est pas de savoir s’il y aura un autre tsunami, mais quand il arrivera.

Publié le jeudi 30 mars 2017 à 8:58, modifications jeudi 30 mars 2017 à 9:00

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !