Monde

Portugal : Le pape François canonise deux bergers à Fatima

Cent ans après, le pape François a déclaré saints deux bergers de Fatima au Portugal.

Le pape François s’est rendu vendredi 12 et samedi 13 mai au Portugal, en pèlerinage à Fatima.

Le pontife argentin s’est recueilli dans ce sanctuaire portugais, où la Vierge serait apparue à trois petits bergers, il y a cent ans. Depuis, ce modeste village du Portugal est devenu un temple catholique mondialement connu.

Ainsi, à son arrivée vendredi 12 mai, le Pape François a été acclamé par des centaines de milliers de pèlerins. Il a ensuite prié au sanctuaire de Fatima, avec des milliers de cierges tendus dans la nuit.

Ce samedi, 13 mai, il doit prononcer une messe de canonisation sur les lieux mêmes des apparitions présumées. Les deux bienheureux, Jacinta et Francisco, rejoindront alors les milliers de saints reconnus au fil des siècles par l’Église.

C’est en 1930 que l’Eglise catholique a reconnu les apparitions de la Vierge Marie, à ces trois jeunes bergers, au cours de l’année 1917.

De « perturbateurs » à Saints

En effet, cette année là, dans le contexte de la Première Guerre mondiale et d’un gouvernement portugais anticlérical, Francisco (9 ans), Jacinta (7 ans) et leur cousine Lucia dos Santos (10 ans), bergers pieux et illettrés d’un village isolé, affirmèrent que Marie leur était apparue à six reprises tous les 13 du mois, à partir de mai.

Selon leurs propos, la mère de Jésus leur aurait aussi confié trois secrets.

Les enfants furent immédiatement considérés par les autorités locales comme des perturbateurs de l’ordre public, au point d’être mis brièvement au cachot, avant d’être libérés sous la pression populaire.

Francisco et Jacinta sont décédés de la grippe espagnole en 1919 et 1920, mais leur cousine Lucia n’est morte qu’en 2005. Elle aurait eu pour mission de divulguer à l’Église le message composé de trois secrets « prophétiques » que lui aurait confié Marie.

Son procès en béatification a été initié en 2008, trois ans après sa mort. Le Saint-Siège s’est longtemps montré extrêmement frileux sur les nombreux écrits de l’unique survivante. Elle fut vite éloignée de Fatima pour devenir une religieuse carmélite.

Or, c’est cette religieuse qui fut la détentrice du fameux « secret de Fatima » révélé en deux fois. En 1941 pour les deux premières parties. La dernière section – confiée directement à la papauté sous enveloppe cachetée – devait être tenue secrète jusqu’en 1960.

Un secret bien gardé

La première partie évoquait « une vision de l’enfer ».

La seconde annonçait la seconde guerre mondiale. De plus, elle demandait « la consécration de la Russie à mon Cœur Immaculé ». Pour éviter que ce pays ne « répande ses erreurs dans le monde », en l’occurrence le communisme athée.

Enfin la troisième partie fut seulement rendue publique par le Vatican le 26 juin 2000 mais après beaucoup d’hésitations.

En effet, ce dernier secret de Notre-Dame de Fatima fut consulté en 1959 et en 1965 par deux papes. Ceux-ci s’empressèrent de remettre le texte à l’abri dans les archives secrètes du Vatican.

Sa divulgation en 2000, en même temps que la béatification des deux petits bergers par le pape Jean Paul II. Ainsi, il mit fin à plus de 80 ans de prophéties souvent apocalyptiques circulant dans le monde.

Il contenait une vision jugée prophétique de l’attentat perpétré contre le pape polonais sur la place Saint-Pierre à Rome, le 13 mai 1981.

Si les apparitions racontées par les petits bergers ne constituent pas un dogme auquel doivent croire tous les catholiques, leur canonisation est cependant une consécration suprême pour Francisco et Jacinta. Ils sont devenus les plus jeunes saints de l’histoire de l’Eglise catholique qui ne sont pas morts en martyrs.

Publié le dimanche 14 mai 2017 à 9:39, modifications dimanche 14 mai 2017 à 9:39

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !