Monde

Peine de mort dans le monde : quels sont les chiffres en 2017

Le rapport annuel d’Amnesty International, montre que les chiffres sur la peine de mort sont en régressin depuis 2015. Mais les ONG ont du mal à collecter les chiffres exactes sur les exécutions et les tortures, à travers le monde.

En effet les chiffres exacts sur la peine de mort ou les tortures à travers le monde, sont difficiles à avoir.

D’après le rapport d’amnesty International, les chiffres actuels sont en net retraits : 1032 exécutions en 2017 contre 1634 en 2015 et ce dans 25 pays.

Ces chiffres sont-ils le reflet de la réalité?

Aujourd’hui plus des deux tiers des pays dans le monde ont aboli la peine de mort en droit ou en pratique.
En effet en 20 ans plus de cinquante états sont devenus abolitionnistes. En revanche elle est encore appliquée dans 58 états. Et c’est là que les chiffres se révèlent imparfaits, car certains pays ne communiquent pas sur les exécutions.

Pour certains, c’est tout bonnement un secret d’état. C’est le cas par exemple de la Chine et du Vietnam, pays pour lesquels on peine à avoir des statistiques officielles.

Il faut savoir, que 89% de ces exécutions se concentrent sur 3 pays ::l’Arabie saoudite, l’Iran et le Pakistan. Malheureusement, Les méthodes d’exécution sont diverses, elles vont de la pendaison, à l’injection létale, du peloton d’exécution à la décapitation, selon les états..

Mais, c’est bel et bien la Chine qui est pointée du doigt par les ONG, en effet c’est le pays qui exécute le plus de personnes.

D’après, Chen Guangzhong, professeur émérite à la faculté de Sciences politiques de Pékin, et cité par Amnesty, il y aurait tout de même une baisse sur les condamnations à mort en Chine. 

De ce que je sais, ces dix dernières années le nombre est passé de 10.000 à un nombre à quatre chiffres

.
Mais cela, précise l’ONG, reste impossible à vérifier. Depuis 2009, la Chine a d’ailleurs été exclue du recensement, cette dernière profitant des chiffres pour valoriser son image.

Le constat d’amnesty International :

Recourir à la peine de mort a pour but affiché ou prétendu de punir, de réprimer, voire de donner l’exemple et de prévenir d’autres crimes ou délits. Le caractère dissuasif de la peine capitale n’a pourtant jamais pu être prouvé. Avant d’être exécuté, les condamnés auront généralement passé de longues années dans les couloirs de la mort, parfois sans savoir quand ils seraient exécutés et sans possibilité de voir leurs familles. La peine de mort est cruelle, inhumaine et dégradante. Elle est inefficace. Quelle que soit la situation, nous y sommes opposés en toute circonstance et sans restriction.

Et qu’en est-il de la torture dans le monde ?

L’usage de la torture reste lui aussi très fréquent. Dans le monde, plus de 140 pays continuent de pratiquer la torture. Certains l’utilisent même quotidiennement. Des pays comme le Mexique, les philippines, le Nigéria y ont recours de manière systématique. Des pays comme les Etats-Unis, ont également pratiquer la torture à la suite des attentats du 11 septembre. Les ONG ont pu constater des sévices d’un autre temps, tels que détenus empêchés de dormir, soumis à des simulacres de noyade……

La peine de mort est-elle une solution dissuasive?

A ce jour, rien ne prouve que la peine de mort puisse avoir un effet dissuasif sur la criminalité. C’est ainsi qu’une étude menée sur 35 ans a comparé les chiffre d’état tel que Hong Kong et Singapour. Le premier a aboli la peine de mort, alors que le second continue à exécuter des habitants. Et bien, il en ressort que la peine de mort n’a pas eu de conséquences sur le taux de criminalité.

Le travail des ONG

Aujourd’hui tout leur travail se concentre sur la pression qu’ils peuvent infliger aux gouvernements pratiquant la peine de mort afin d’avoir les bons chiffres. Mais, on s’en doute c’est un engagement permanent. Restons positif, puisqu’en 2016, la Malaisie a enfin et pour la première fois, publié ses chiffres.

Mais, comme le précise Anne Denis d’Amnesty France à Géopolis

Il convient de ne pas être dupe des chiffres fournis par certains Etats

Publié le jeudi 13 avril 2017 à 15:32, modifications jeudi 13 avril 2017 à 15:03

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !