Monde

Irak : Djamila Boutoutaou, une djihadiste française condamné à la prison à perpétuité à Bagdad

Djamila Boutoutaou a été condamnée en Irak à la prison à perpétuité pour appartenance au groupe État islamique.

La djihadiste française Djamila Boutoutaou, 29 ans, a été condamnée mardi 17 avril à de la prison à perpétuité pour appartenance au groupe État islamique par un tribunal de Bagdad en Irak.

C’est mon mari qui m’a obligé

Djamila Boutoutaou a comparu dans un box grillagé en bois, vêtue d’une tunique rose et d’un foulard marron. Elle a expliqué qu’elle était d’origine algérienne et qu’elle s’était « convertie à l’islam alors qu’elle était chrétienne ». En outre, elle a affirmé avoir quitté la France avec son époux, « chanteur de rap ».

Nous sommes venus à Istanbul en vacances. Et c’est en arrivant en Turquie que j’ai découvert que mon mari était un djihadiste. Il a été contacté par un homme nommé al-Qourtoubi qui nous a emmené mes enfants et moi vers un endroit où nous nous sommes cachés dans une cave.

S’est-elle justifiée.

Mon mari m’avait dit ‘je ne veux plus t’entendre’. Et il m’a forcé à rester dans cette cave”.

Djamila Boutoutaou a ensuite expliqué que leur famille avait vécu dans le califat auto-proclamé de Daech. Pour rappel, depuis 2014, ce territoire s’étendait sur de larges régions de Syrie et d’Irak. Toutefois, en 2017, au terme d’une longue et meurtrière contre-offensive, les forces irakiennes ont repris l’ensemble des zones peuplées tenues par le groupe terroriste. Ainsi, au cours de ces combats, « mon fils Abdallah a été tué dans un bombardement », a déclaré la mère de famille ajoutant :

Avant sa mort, je pesais 122 kilos. Aujourd’hui, à cause de ma tristesse, je n’en pèse plus que 47.

Des condamnations régulières

Par ailleurs, la jeune femme a argué avoir très peu vu son mari pendant cette période.

Il a été tué près de Mossoul, alors nos voisins nous ont emmenés à Tal Afar. Et là-bas la femme de mon voisin et moi-même nous nous sommes rendues aux peshmergas.

Là, elle a été retenue par les combattants kurdes dans le camp Tel Keif en Irak, avec d’autres femmes et enfants de jihadistes. En pleurs, elle a ajouté:

C’est comme si j’avais passé deux ans en prison. Dix mois chez Daech puis plus d’un an en prison.

Régulièrement, des ressortissantes étrangères sont condamnées à la perpétuité ou à la peine capitale en Irak pour avoir rejoint Daech. Ainsi, au cours de cette même audience, deux Russes, tenant chacune un nourrisson dans les bras ont également écopé d’une peine de réclusion à perpétuité. Par ailleurs, au cours des derniers mois, plusieurs dizaines de ressortissantes turques ont été condamnées à la peine de mort en vertu de la loi antiterroriste irakienne. Une autre Française, Melina Boughedir, 27 ans, a été condamnée à sept mois de prison. Elle a été jugée pour « entrée illégale sur le territoire irakien ». Elle sera bientôt rejugée pour terrorisme.

Publié le mardi 17 avril 2018 à 17:35, modifications mardi 17 avril 2018 à 17:33

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !