Monde

Inquiétude sur le sort du journaliste anglais John Cantlie qui aurait rejoint l’Etat Islamique

L’otage anglais John Cantlie, retenu par Daech depuis 2012, pourrait avoir succombé au syndrome de Stockholm. De récentes informations laissent à penser que le journaliste aurait bel et bien rejoint les rangs de la mouvance terroriste. Ses proches sont toujours sans nouvelles de lui depuis de nombreux mois alors que l’opinion britannique ne s’attend plus à son retour.

D’après des informations du Figaro, un ancien procureur affilié à l’Etat Islamique se serait confié sur le sort de l’otage anglais, John Cantlie. Abou Sakr Al-Ambari, cadre de l’EI et procureur à Raqqa, a fui la Syrie pour la Turquie en juin dernier. Il s’est récemment confié à la rédaction de Paris Match afin d’évoquer le cas particulier de cet otage anglais, retenu depuis 2012. Selon Abou Sakr Al-Ambari, le journaliste John Cantlie aurait en réalité rejoint Daech.

Je l’ai vu il y a sept ou huit mois […] Il m’a présenté un laissez-passer sur lequel j’ai tout de suite reconnu le tampon vert du Diwan Al-Khalifa, Baghdadi en personne. « Il est demandé à toutes les autorités, tous les émirs et tous les soldats de l’Etat islamique de faciliter le travail de John Cantlie », disait le document. Je lui ai souhaité la bienvenue et il est allé interroger les prisonniers : comment s’étaient-ils retrouvés là ? Quelles étaient leurs conditions de détention ? Ce qu’ils mangeaient […] Ce n’est pas officiel, mais les chebabs, ses compagnons dans l’EI, disent qu’il a rallié Daech.

John Cantlie : l’otage britannique devenu propagandiste de Daech ?

John Cantlie a été enlevé en novembre 2012 avec un autre journaliste, James Foley. Ils couvraient à l’époque les prémices de la guerre en Syrie. Le reporter américain James Foley est malheureusement devenu l’un des premiers otages à avoir été assassiné par l’Etat Islamique. Depuis la capture de John Cantlie en 2012, le groupe terroriste diffusait de manière sporadique des reportages en se servant de lui. Selon des informations du Figaro, John Cantlie racontait les combats en Syrie dans des vidéos sidérantes.

Ces images servaient donc de propagande pour Daech. Le journaliste britannique est ainsi apparu dans une série de huit vidéos baptisée « Lend me your ears ». Il aurait également effectué de nombreux « reportages » pour l’EI à Mossoul, à Raqqa, à Kobané et à Alep. John Cantlie a également signé des textes, des chroniques et des revues de presse. Ces articles étaient publiés dans le magazine de propagande de Daech, Dabiq, selon la rédaction de Slate.

Inquiétude et incertitude sur le sort de John Cantlie

John Cantlie serait l’unique journaliste occidental connu pour avoir officiellement « travaillé » pour le califat. Ce photojournaliste et reporter de guerre a donc été contraint et forcé de devenir le propagandiste de Daech. Avant son enlèvement en 2012 dans le nord de la Syrie, il avait notamment été collaborateur occasionnel de l’AFP selon des précisions de France Info.

Le califat, proclamé en 2014 par l’EI en Irak et en Syrie, a perdu 85 % de sa superficie selon un récent rapport. Les récentes pertes de Raqqa et de Mossoul ont définitvement fait basculer le conflit en zone irako-syrienne. Les chances de survie de John Cantlie, suite aux frappes répétées de la coalition et face à l’effondrement récent de Daech, font craindre le pire pour les proches du journaliste. La faible mobilisation des autorités britanniques ces dernières années, pour tenter de sauver John Cantlie des griffes de l’EI, a soulevé une vague d’incompréhension et d’indignation en Grande-Bretagne. Des comptes de soutien au journaliste ont été créés en 2015 sur les réseaux sociaux. Le gouvernement anglais a toujours refusé de négocier avec les terroristes.

Les dernières traces de vie de l’otage britannique

Reporters sans frontières (RSF) a condamné par le passé l’Etat Islamique pour l’utilisation « lâche » d’un otage pour alimenter la propagande djihadiste. L’une des dernières vidéos de John Cantlie pour Daech remonterait au mois de décembre 2016. Les conditions atroces de détention de John Cantlie avaient été dévoilées par le passé dans les médias britanniques. Son père, sur son lit de mort dans une vidéo poignante, avait même exhorté les ravisseurs à libérer John Cantlie. La sœur du journaliste avait également adressé un message déchirant directement à l’Etat Islamique en 2014.

Le mystère reste donc entier sur le sort de l’otage John Cantlie. Ses prises de positions dans le cadre de ses vidéos pour Daech sont malheureusement liées à sa captivité. Reste à savoir s’il sera jugé pour ses reportages pour Daech en cas de retour en Grande-Bretagne. En France, de nombreux citoyens partis sur la zone irako-syrienne de leur plein gré ou qui ont aidé leurs enfants dans la lutte armée aux côtés del’EI ont été condamnés par la justice récemment.

Publié le mercredi 25 octobre 2017 à 10:41, modifications mercredi 25 octobre 2017 à 10:00

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !