Monde

Une campagne contre les agressions sexuelles tourne en ridicule les justifications des agresseurs

Lancé en septembre 2014, It’s On Us est un mouvement américain qui a pour but lutter contre les agressions sexuelles. Pour mettre fin aux justifications des violeurs, le mouvement a créé une campagne vidéo originale.

Elle l’a bien cherché

Selon France 24, une plainte pour viol est en moyenne enregistrée toutes les 40 minutes chaque jour en France.

“Elle portait une mini-jupe, c’est normal qu’elle se fasse violée” ou “elle n’avait pas  à inviter ce mec chez elle” sont des phrases que nous avons l’habitude d’entendre. Des propos qui justifient les agresseurs et qui révèlent un constat terrifiant. En effet, pour 4 Français sur 10, la responsabilité du violeur est atténuée si la victime a une attitude provocante. Le plus alarmant : près d’un tiers des 18-24 ans estiment que les femmes peuvent prendre du plaisir à être forcées lors d’une relation sexuelle. Pour faire face à ces sinistres préjugés, le mouvement américain “It’s on us“, mène un combat sur tous les supports. Créé sous l’impulsion de Barack Obama lorsqu’il était encore à la Maison Blanche, le mouvement est régulièrement soutenu par des célébrités ou des hommes politiques.

Une campagne vidéo pour lutter contre les “excuses”

Dernier acte en date ? Pour lutter contre les justifications qu’on donne aux violeurs, “It’s on us” a créé trois vidéos. Avec la collaboration de l’agence 101-North Marketing, ces trois vidéos reprennent les phrases justificatives utilisées par les agresseurs sexuels (et même par certains internautes) dans des situations de la vie quotidienne. Le but étant de montrer à quel point leurs arguments sont absurdes. Effectivement, on peut régulièrement entendre : “Tu l’avais provoqué c’est normal”, ou encore “C’est un homme, il a des pulsions difficiles à contrôler”.

Des vidéos reprenant des situations de la vie courante

Pour la première vidéo, “It’s on us” a illustré les excuses avec le cas d’un pâtissier. L’homme vient tout juste de finir un gâteau de mariage. Une femme qui passait par là trouve la pâtisserie délicieuse et prend, de manière grossière, une part. L’homme lui demande alors : “Pourquoi avez-vous fait ça ?”, la femme lui répond alors une phrase que nous avons tous entendu : ” Oh arrête tu savais ce que tu faisais, c’est toi qui l’a rendu si tentant […] c’est comme si tu me suppliais de le goûter”.

Dans la deuxième vidéo, on peut y voir deux femmes dans un musée. Alors que l’homme chargé de la sécurité des lieux leur demande explicitement de ne pas toucher une oeuvre d’art, les deux jeunes femmes continuent. Elles disent à l’homme : “On sait tous que vous devez dire non plus les apparences mais… vous voulez dire oui”

Enfin dans la dernière vidéo, une femme fait ses besoins chez un vendeur de toilettes. Alors que l’homme lui demande d’arrêter, elle lui répond : “Mec c’est quoi ton problème ? J’arrive ici avec un besoin biologique qu’on ne peut pas s’attendre à ce que je contrôle. Vous avez tout bien exposé, super fier de montrer ce que vous avez. Et vous êtes choqués quand je viens et que je laisse la nature suivre son cours ? […] La prochaine fois envoyez un signal clair!”

Une exposition choc avait d’ailleurs exposé les vêtements des victimes d’agressions sexuelles, montrant que leur manière de s’habiller n’avait rien de provocateur. Des initiatives innovantes qui, on l’espère, fera changer les mentalités. Pour plus d’infos, cliquez-ici pour visiter le site de Its On Us.

Publié le mardi 26 septembre 2017 à 17:52, modifications mardi 3 octobre 2017 à 10:17

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !