Monde

Brésil : Les balles utilisées pour tuer Marielle Franco appartenaient à la police

Les balles qui ont tué l’élue brésilienne Marielle Franco appartenaient à un stock de la police.

Quelques jours après la mort de Marielle Franco, l’enquête avance à Rio de Janeiro au Brésil. Les balles utilisées pour tuer la nouvelle figure de la lutte pour l’égalité des droits provenaient d’un stock de la police. Le gouvernement explique qu’il s’agirait d’un vol.

Vendues en 2006

C’est une affaire potentiellement explosive au Brésil. La mort de Marielle Franco survenue le 14 mars, n’a pas fini de faire parler. Véritable symbole de la gauche du pays, elle était notamment en première ligne contre les violences policières. Or, selon la chaîne brésilienne TV Globo, les balles de 9 mm provenaient d’un stock vendu en 2006 à la police. Des coïncidences troublantes.

Ces balles avaient déjà été utilisées en août 2015 pour l’assassinat de 17 personnes près de Sao Paulo. Trois policiers militaires avaient été condamnés à ce moment-là. Mais, du côté de la police fédérale, on annonce qu’une enquête a été ouverte pour “évaluer l’origine des munitions retrouvées sur le lieu du crime”. Le ministre brésilien de la Sécurité, Raul Jungmann, a expliqué que les munitions auraient été volées “des années plus tôt” dans le Paraiba au nord du pays.

Publié le lundi 19 mars 2018 à 9:12, modifications lundi 19 mars 2018 à 9:06

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !

En direct