Monde

Attentats en Espagne : Faute de preuves, un suspect placé en liberté surveillée a été relâché

Un membre de la cellule jihadiste soupçonnée d’être responsable des attentats en Espagne a été relâché jeudi 24 août et placé sous contrôle judiciaire.

STORY - Episode 10/12

Cet article fait partie d'une "story" (une story est un ensemble d'articles relatifs à un sujet précis suivi par nos journalistes)
Tout lire : Attentat Espagne

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Une semaine après les attentats en Espagne, un porte-parole du tribunal de Madrid a annoncé qu’un des membres de la cellule jihadiste soupçonnée d’être à l’origine des attaques meurtrières, a été relâché jeudi 24 août et placé sous contrôle judiciaire.

Défaut de preuves

Salh el Karib, un Marocain âgé de 34 ans, qui tenait un taxiphone (boutique d’appels téléphoniques) à Ripoll, petite ville au pied des Pyrénées où vivaient la plupart des suspects, est resté en garde à vue quatre jours.

Il a ensuite été relâché, faute de preuves concluantes.

Les indices n’ont pas permis d’établir l’existence d’éléments suffisamment solides. Afin de prendre une mesure aussi grave et exceptionnelle qu’est la détention provisoire.

A justifié le juge Fernando Andreu dans son ordonnance.

Cependant, l’enquête cherche toujours à déterminer l’éventuelle collaboration de Salh el Karib dans l’organisation des attaques de Barcelone et Cambrils.

Ainsi, l’homme doit se présenter au juge toutes les semaines. Il ne doit pas changer de domicile. Et il a l’interdiction de quitter le territoire espagnol.

Selon ses déclarations au juge, Salh El Karib avait acheté pour Driss Oukabir, un autre membre de la cellule encore en vie, un billet d’avion pour le Maroc avec sa carte de crédit.

Devant le magistrat, il a assuré que c’était pour lui rendre service et qu’il avait été remboursé en liquide.

L’enquête se poursuit en France

A l’inverse, deux autres membres de la cellule ont été inculpés mardi 22 août pour « assassinats terroristes ».

En outre, un troisième suspect a également été placé en liberté sous contrôle judiciaire, les charges contre lui étant minces.

Enfin, les enquêteurs cherchent à savoir pourquoi certains des auteurs des attentats en Catalogne sont « montés à Paris ». Et ce qu’ils ont fait en région parisienne .

En effet, quelques jours avant les attentats, la voiture bélier de Cambrils a été flashée en région parisienne.

Nous essayons de savoir pourquoi et ce qu’ils ont fait dans la région parisienne.

Avait révélé Gérard Collomb lors d’une conférence de presse à la Direction générale de la gendarmerie nationale à Issy-les-Moulineaux, dans les Hauts-de-Seine, mercredi 23 août.

Il est désormais avéré que l’Audi qui a servi à l’attentat de Cambrils a été repéré en France avec au moins deux membres de la cellule djihadiste.

Selon des informations publiées par Le Parisien, l’un des occupants repérés dans le véhicule flashé pour excès de vitesse pourrait être Younès Abouyaaqoub.

Il s’agit du conducteur de la fourgonnette qui a fauché des dizaines de piétons sur la Rambla, à Barcelone, jeudi dernier.

 

Publié le vendredi 25 août 2017 à 9:03, modifications vendredi 25 août 2017 à 8:08

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !