Actualité

Le nouveau numéro un de FO marque ses distances avec les “gilets jaunes”

Yves Veyrier, le nouveau numéro un de Force ouvrière, a marqué jeudi ses distances avec les “gilets jaunes”, expliquant ce mouvement par “un vide politique”, critiquant au passage l’action du gouvernement, tout en jugeant leur “colère légitime”.

“Il y a un vide politique, c’est clair”, a-t-il dit, juste après avoir été élu secrétaire général de FO, syndicat qui ne sera selon lui jamais “un mouvement informe, qu’il soit +gilet jaunes+, les +bonnets rouges+” ou un parti comme la France insoumise (LFI).

Le terrain de FO se situe “sur la revendication salariale”, a insisté le nouveau numéro un, rappelant que pendant longtemps son syndicat a été considéré comme celui de la “feuille de paye”. “On doit revenir sur la question de la feuille de paye”, a-t-il promis devant la presse.

A propos de la fédération des transports, qui a demandé de rejoindre les “gilets jaunes”, M. Veyrier a interprété cet appel par une “inquiétude vis-à-vis de l’emploi” dans le secteur. Ayant discuté à ce propos avec Patrice Clos, le numéro de cette fédération – candidat malheureux au poste de secrétaire général de FO -, M. Veyrier dit que les transporteurs FO n’ont pas “une volonté de se dissoudre dans le mouvement des +gilets jaunes+”.

“Il n’est pas question qu’on se dissolve là-dedans”, a martelé le nouveau leader syndical.

Critique vis-à-vis du gouvernement, jugeant qu’il y a “un vrai problème de politique sociale”, il a estimé qu’on ne pouvait pas “faire porter sur les seuls salariés (…) et les petits entrepreneurs le coût de la nécessité de lutte contre le réchauffement climatique”.

Quant à la proposition de Laurent Berger, son homologue de la CFDT, qui a appelé l’exécutif à une réunion des corps intermédiaires, M. Veyrier a botté en touche, expliquant que “l’urgence” pour FO était de “rétablir la clarté du discours syndical”.

A ce stade, il ne prévoit pas non plus d’associer FO à la journée de mobilisation du 1er décembre lancée par la CGT. “Pour le moment, on n’appelle pas à manifester le 1er décembre. On n’en a pas discuté” au sein de FO, a-t-il relevé.

Publié le jeudi 22 novembre 2018 à 15:40, modifications jeudi 22 novembre 2018 à 15:40

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !