Actualité

La 75e Mostra de Venise fait ses premiers pas… sur la Lune

Le rideau se lèvera mercredi soir sur la 75e Mostra de Venise avec la projection de “First Man”, biopic signé Damien Chazelle dans lequel Ryan Gosling s’est glissé dans la combinaison de l’astronaute Neil Armstrong, le premier homme à avoir marché sur la Lune.

Le film, en compétition pour le Lion d’Or, marque le retour de Damien Chazelle derrière la caméra, deux ans après “La La Land”, comédie musicale qui avait elle aussi ouvert la Mostra avant de poursuivre un brillant parcours jusqu’à obtenir six Oscars, dont celui du meilleur réalisateur.

La cérémonie d’ouverture à 19h00 sur la scène du Palais du cinéma, sur le Lido, donnera lieu à la remise d’un Lion d’Or pour l’ensemble de sa carrière à l’actrice britannique Vanessa Redgrave (“Blow up, “Marie Stuart, reine d’Ecosse”, “Julia”).

La même distinction sera décernée en cours de festival au cinéaste canadien David Cronenberg (“La Mouche”, “A History of Violence”).

Sa présentation en avant-première mondiale à la Mostra place d’ores et déjà “First Man” dans la lignée des “Gravity”, “Birdman” ou “Spotlight”, longs-métrages présentés à Venise avant de remporter de multiples statuettes à Hollywood.

L’an passé, “The Shape of Water”, conte fantastique du Mexicain Guillermo Del Toro, avait réussi le coup double en remportant l’Oscar du meilleur film dans la foulée du Lion d’Or.

L'artiste américaine Lady Gaga aux Grammy Awards à New York, le 28 janvier 2018

(credit photo AFP/Archives) L’artiste américaine Lady Gaga aux Grammy Awards à New York, le 28 janvier 2018

Guillermo del Toro fait du reste son retour à Venise cette année, cette fois du côté du jury, qu’il préside avec à ses côtés les acteurs, actrices et cinéastes Sylvia Chang, Trine Dyrholm, Nicole Garcia, Paolo Genovese, Malgorzata Szumowska, Taika Waititi, Christoph Waltz et Naomi Watts.

Des stars comme Lady Gaga, Joaquin Phoenix, Emma Stone, des films engagés contre le racisme ou le terrorisme, des productions Netflix dont un inédit, “The Other Side of The Wind”, le film qu’Orson Welles avait laissé inachevé, sont à l’affiche de cette édition qui compte 21 longs-métrages en compétition. Le palmarès sera révélé le samedi 8 septembre.

Lady Gaga actrice

L’hôte la plus attendue sur le tapis rouge sera sans conteste la provocante popstar Lady Gaga, qui viendra présenter (hors compétition) le film de l’acteur et réalisateur Bradley Cooper, “A Star is Born”, remake du grand classique hollywoodien immortalisé par Judy Garland en 1954.

La réalisatrice australienne Jennifer Kent (g) et l'actrice Essie Davis (d) au Sundance Film Festival à Park City dans l'Utah, le 17 janvier 2014

(credit photo GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives) La réalisatrice australienne Jennifer Kent (g) et l’actrice Essie Davis (d) au Sundance Film Festival à Park City dans l’Utah, le 17 janvier 2014

L’Histoire avec un grand “H” sera présente dans la sélection notamment avec “Peterloo”, de Mike Leigh, inspiré de la sanglante bataille du même nom en 1819, et “Werk ohne Autor” (“Oeuvre sans auteur”) de Florian Henckel von Donnersmarck (Oscar du meilleur film étranger en 2007 pour “La Vie des autres”), qui revient sur trois époques de l’Allemagne.

Le Britannique Paul Greengrass abordera la question de l’extrémisme dans “22 July”, et l’Italien Roberto Minervini celui du racisme en Amérique avec “What You Gonna Do When The World’s On Fire ?”, portrait d’une communauté noire pendant l’été 2017 après des meurtres de jeunes africains par la police.

Une seule femme, l’Australienne Jennifer Kent, prendra part cette année (avec “The Nightingale”) à la course au Lion d’Or, une disparité condamnée par un collectif d’associations féministes dans une lettre ouverte adressée le 11 août au directeur artistique de la Mostra, Alberto Barbera.

“Je préférerais changer de métier plutôt que d’être obligé de sélectionner un film parce qu’il a été réalisé par une femme et non parce qu’il est réussi”, a affirmé M. Barbera pour défendre ses choix.

Autre choix assumé par la Mostra, celui de retenir des productions Netflix, ce qui est le cas de “The Ballad of Buster Scruggs”, western signé Joel et Ethan Coen, “22 July”, de Paul Greengrass, et “Roma”, d’Alfonso Cuaron (absent de la Croisette parce que diffusé par la plateforme de vidéo en streaming).

Parmi les grandes signatures attendues sur la lagune figurent le Français Jacques Audiard – qui s’attaque cette fois au genre du western avec “Les Frères Sisters” – et son compatriote Olivier Assayas, en lice avec “Doubles vies”, comédie dramatique où il retrouve son actrice fétiche Juliette Binoche au côté de Guillaume Canet.

Grand Prix à Cannes en 2015 et Oscar du meilleur film étranger l’année suivante et avec son premier long-métrage “Le Fils de Saul”, le Hongrois Laszlo Nemes sera de retour dans une grande compétition avec “Sunset”.

Publié le mercredi 29 août 2018 à 5:10, modifications mercredi 29 août 2018 à 5:10

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !