Justice

Procès d’Abdelkader Merah : Son avocat, Éric Dupond-Moretti, dénonce les menaces de mort contre ses enfants

En pleine audience, Me Éric Dupont-Moretti a décrit la lettre reçue dans laquelle on lui promet « une balle dans la tête à chacun de ses enfants ». 

STORY - Episode 1/7

Cet article fait partie d'une "story" (une story est un ensemble d'articles relatifs à un sujet précis suivi par nos journalistes)

Naviger dans la "Story"

Episode suivant >>

Maître Éric Dupond-Moretti, a dénoncé, jeudi 5 octobre, devant la cour d’assises de Paris une lettre anonyme proférant des menaces de mort contre ses enfants.

Tu vas manger si Merah sort

J’ai reçu ce matin une lettre qui me met dans un état particulier. Parce qu’on promet une balle dans la tête à chacun de mes enfants.

A déclaré l’avocat d’Abdelkader Merah.

Un site a été créé sur Internet. Intitulé Dupond-Moretti va manger cher.

L’auteur anonyme d’un courriel que l’avocat a versé aux débats, a également proféré ses menaces dans l’hypothèse où le frère de Mohammed Merah ne serait pas condamné pour complicité des crimes des sept personnes en 2012 à Toulouse et Montauban.

Si Merah sort, tu vas manger cher. Tes deux enfants subiront la même chose que les enfants d’Ozar Hatorah. Une balle dans la tête.

Ainsi, le compagnon de la chanteuse Isabelle Boulay défend devant la cour d’assises spéciale de Paris le frère de Mohammed Merah, accusé d’avoir été le complice de ce dernier. En effet, il est accusé d’avoir participé au vol du scooter utilisé par Mohammed Merah pour se déplacer sur les scènes de ses crimes.

Soutien des avocats de la partie adverse

Maître Éric Dupond-Moretti a précisé que son cabinet ne percevait « pas un centime » dans le cadre de ce dossier. Pas même l’aide juridictionnelle.

Par ailleurs, le pénaliste a remémoré ses confrères Me Isorni (avocat de Philippe Pétain) ou encore Me Badinter (avocat de Patrick Henry).

Nous vivons dans l’une des plus anciennes et des plus belles démocraties du monde. Personne ne peut remettre en cause le fait qu’on puisse défendre un homme. Je défends Abdelkader Merah. Pas une cause, et c’est un honneur. Je ne me suis jamais senti autant avocat qu’aujourd’hui.

A-t-il ajouté.

Après avoir entendu Éric Dupond-Moretti, les avocats de la partie civile ont manifesté leur solidarité avec leur confrère. Ainsi que le président Franck Zientara.

Cette cour s’associe à la condamnation de ce courrier. Elle condamne ce type de comportement et de menaces pénalement répréhensibles, cette absence de sérénité à l’extérieur.

A ainsi déclaré le magistrat. Celui-ci a rappelé qu’Abdelkader Merah était pour l’heure « présumé innocent ».

Cette audience doit être empreinte de dignité, de respect de la parole des autres. Sachez qu’on est à vos côtés.

A ajouté le président, se disant convaincu que des poursuites seraient diligentées.

Le procès a débuté lundi 2 octobre et a déjà été émaillé de plusieurs incidents.

Mardi soir, ce sont les propos d’un policier qui ont enflammé les esprits. Celui-ci reprenait à son compte la thèse de l’action d’un «loup solitaire». Elle avait été développée au début de l’affaire par les autorités pour justifier les difficultés de l’enquête. Une hypothèse qui depuis, été remise en cause, notamment par les magistrats instructeurs.

Publié le vendredi 6 octobre 2017 à 13:45, modifications vendredi 6 octobre 2017 à 11:59

Naviger dans la "Story"

Episode suivant >>

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !