Justice

La justice condamne définitivement Jean-Marie Le Pen à la suite de ses propos sur les chambres à gaz

Le co-fondateur du Front National devra s’acquitter d’une amende. Sa demande de pourvoi a été rejetée et sa condamnation pour contestation de crimes contre l’humanité a été jugée hier.

Comme l’a décidé la Cour de cassation, Jean-Marie Le Pen devra s’acquitter d’une amende de 30 000€. La condamnation a été validée le 27 mars. Pour avoir une nouvelle fois qualifié les chambres à gaz de la Seconde Guerre mondiale de “détails de l’Histoire”, l’ancien président du Front National se voit définitivement condamné.

Jean-Marie Le Pen avait la première fois fait part de son avis en 1987. Alors qu’il était l’invité du Grand Jury sur RTL, il répondait à une question sur les chambres à gaz :

Je n’ai pas spécialement étudié la question, mais je crois que c’est un point de détail de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale.

Ces propos ont fait un véritable scandale à travers le pays et le père de Marine Le Pen a été condamné deux fois au civil. Ce qui n’a pas semblé l’avoir refroidi.

Des déclarations assumées

En avril 2015, le nonagénaire réitérait ses propos en répondant franchement à Jean-Jacques Bourdin, qui voulait savoir s’il les regrettait :

Pas du tout. Ce que j’ai dit correspondait à ma pensée qu les chambres à gaz étaient un détail de l’histoire de la guerre, à moins d’admettre que ce soit la guerre qui soit un détail des chambres à gaz.

Le journaliste lui demande alors si “des millions de morts” ne sont qu’un “point de détail” :

C’est pas un million de morts, c’est les chambres à gaz. Moi, je parle de choses précises. Je n’ai pas parlé de nombre de morts. J’ai parlé d’un système. J’ai dit que c’est un détail de l’histoire de la guerre.

Cette façon de pensée a valu à Jean-Marie Le Pen une troisième condamnation, malgré son pourvoi en cassation, mais également son exclusion du parti. Il niait la contestation de crimes contre l’humanité mais la haute juridiction a décidé de le rejeter. Le jugement en première instance estimait déjà que le prévenu se livrait à une concession qui n’était “qu’apparente” :

Sous couvert d’admettre la réalité et le caractère ‘assez ignoble’ des chambres à gaz, Jean-Marie Le Pen n’a de cesse d’en relativiser l’importance.

 

 

 

 

 

 

Publié le mercredi 28 mars 2018 à 16:56, modifications mercredi 28 mars 2018 à 16:37

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !