Actualité

Jawad Bendaoud : “Je voudrais leur demander pardon”

Le logeur de Daesh s’est exprimé face aux caméras de nos confrères de BFMTV. Une interview dans laquelle il s’excuse pour la première fois, et avoue se sentir en partie responsable des attentats de Paris.

STORY - Episode 18/19

Cet article fait partie d'une "story" (une story est un ensemble d'articles relatifs à un sujet précis suivi par nos journalistes)

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Jawad Bendaoud semble avoir une certaine affection pour les flashs et les micros. Relaxé il y a quelques semaines, il s’est exprimé dans une interview à BFMTV. L’occasion de présenter des excuses mais aussi d’afficher son soulagement.

“Les juges ont eu du courage”

On l’avait vu il y a quelques jours en influençeur de choc sur Snapchat. Puis, victime de faux comptes, il avait décidé de tout arrêter. Mais, il semblerait que le show n’en soit pas fini. Le “logeur de Daesh” comme il a été surnommé a beau avoir été relaxé, il semble avoir encore des choses à dire. Notamment sur comment il s’est senti à l’annonce du verdict qui lui a permis de sortir de prison où il était depuis 2015.

Je pensais être condamné. Parce qu’il y a l’opinion publique. Les juges, comme a dit mon avocat, ont fait preuve de courage.

Souvent accusé pendant le procès d’avoir fait le “show”, Jawad assume, jurant que c’était pour lui, la seule stratégie possible.

Dans ce genre de situation, j’étais innocent et ma seule défense c’était l’attaque. Je ne devais pas me laisser faire. Ça faisait deux ans que je subissais des lynchages sur internet, dans les médias…

Mais, depuis le jugement, il explique vouloir tourner la page.

Je ne veux pas qu’on sache où je suis. Je ne veux pas être à Saint-Denis, je veux vraiment être en retrait, j’ai décidé de m’installer au calme.

“Je demande pardon”

Cette interview révèle toutefois une véritable surprise. Lors de son procès en février, Jawad avait refusé de présenter des excuses. Il disait alors ne pas se sentir responsable des attentats djihadistes du 13 novembre 2015. Le ton dans cette interview est clairement différent.

Il y a beaucoup de personnes qui n’accepteront pas mon pardon, mais je voudrais leur demander pardon. Je présente mes excuses à toutes les familles des victimes car même si je n’ai jamais voulu être lié à cette affaire, j’y serai lié toute ma vie.

Au-delà des familles, ses excuses concernent aussi plus généralement la population, les personnes qui vivaient près du squat où la police a donné l’assaut le 18 novembre.

Je suis responsable un peu de ce qui s’est passé pour les habitants de Saint-Denis. Il y a des personnes qui ont été traumatisées, j’ai entendu des témoignages qui m’ont touché. Aller là-bas, leur montrer que je suis libre alors qu’eux-mêmes ne sont pas soignés de leur traumatisme, je ne pourrais pas.

De façon surprenante, ces déclarations interviennent alors que ses avocats lui ont demandé de se faire plus discret et de résister à la pression médiatique. Une tâche qui ne semble pas évidente pour lui. Pourtant, son affaire pourrait bien ne pas avoir encore touché à sa fin. En effet, le parquet a fait appel de la relaxe.

Publié le jeudi 8 mars 2018 à 8:53, modifications jeudi 8 mars 2018 à 8:54

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !