Actualité

#FreeTariqRamadan : Une levée de fonds pour soutenir l’islamologue atteint des sommets

Réunis sous le sigle #FreeTariqRamadan, les soutiens de l’islamologue ont lancé une campagne de levée de fonds qui a récolté en trois jours plus de 74.000 € afin de payer ses frais de justice.

STORY - Episode 17/29

Cet article fait partie d'une "story" (une story est un ensemble d'articles relatifs à un sujet précis suivi par nos journalistes)

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

#FreeTariqRamadan. C’est avec ce slogan qu’une campagne de levée de fonds a été lancée jeudi 22 février afin de récolter des fonds pour financer les frais de justice de Tariq Ramadan. Le théologien musulman, mis en examen pour viol est incarcéré à la prison de Fleury-Mérogis depuis le 2 février dernier.

1.500 donateurs

Quarante-huit heures après sa mise en ligne sur la plateforme Cotizup, la campagne est menée « à l’initiative de sa famille et non de son cadre professionnel ». En outre, elle a déjà récolté plus de 74.000 euros provenant de près de 1.500 donateurs. Dénonçant une « machination sans nom », ses auteurs regrettent que Tariq Ramadan soit « confronté à plusieurs affaires dont la bataille sera longue et coûteuse ».  Ainsi, ce sont pour ces raisons que les fonds récoltés serviront à financer les frais de justice de l’islamologue. De plus, sur cette page sont diffusées deux vidéos d’Iman Ramadan, l’épouse de Tariq Ramadan. Elle y balaie catégoriquement les accusations portées contre son époux.

Le portrait que l’on en a fait ne correspond pas à ce que je connais de lui. A ce que sa famille connaît de lui.

Dit-elle face caméra, regrettant de n’avoir pu le voir ni lui téléphoner et évoquant sa « maladie ». En effet, pour échapper à la détention, Tariq Ramadan a fourni des certificats faisant état d’une sclérose en plaques et d’une neuropathie. Toutefois, un expert médical judiciaire, qui les a contestés, a jugé son état de santé « compatible » avec une détention provisoire. 

De nombreux soutiens sur les réseaux sociaux

Cette collecte de fonds est une des nombreuses manifestations en ligne des soutiens envers l’islamologue depuis sa mise en détention provisoire. Ses partisans estimant sa présomption d’innocence bafouée. Ainsi, une page Facebook demandant sa libération rassemble plus de 43 000 likes. Par ailleurs, une pétition en ligne pour la libération du « Professeur Tariq Ramadan » affiche déjà 110.000 signatures. Selon l’AFP, ce sont des proches de l’intellectuel qui ont lancé sur les réseaux sociaux des comptes #FreeTariqRamadan. Sous ce mot-clé, une « tweetstorm » (tempête de tweets) a été lancée.

Publié le dimanche 25 février 2018 à 12:10, modifications dimanche 25 février 2018 à 11:57

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !