Faits divers

Son nom jugé raciste, le café “Au Négrillon” arrête sa production

Alerté par un réseau de militantes afrodescendantes, le conseil représentatif des associations noires (CRAN) a obtenu le retrait de la marque de café de la famille Chapuis.

Les Stéphanois sont familiers du café “Au Négrillon” depuis bientôt 75 ans. En effet, crée par l’enseigne Café Chapuis en 1945, la marque a trouvé son public à Saint-Étienne. Au point de faire partie des commandes de supermarchés de la région, tels Auchan ou Casino.

Toutefois, Au Négrillon en désertera bientôt les rayons. Son nom, issu d’un terme ” forgé dans le contexte de l’esclavage colonial, crime contre l’humanité “, ne passe plus. Le Conseil représentatif des associations noires (Cran), s’insurgeant contre la dénomination de ce produit, en a obtenu le retrait.

Ainsi, informée il y a trois semaines par des particuliers de la circulation de ce café à l’appellation offensante, l’association a pris ce dossier en mains. Dès lors, les exigences du CRAN s’axaient autour de trois points.

D’abord, obtenir de l’entreprise distributrice qu’elle supprime Au Négrillon des références qu’elle commercialise. Ensuite, inciter les grandes surfaces concernées à retirer le produit de leurs offres aux consommateurs. Enfin, pousser le torréfacteur à stopper la fabrication du packaging controversé.

“Le ciel nous est tombé sur la tête”  disent les gérants d’Au Négrillon.

Packaging du café “Au Négrillon” tel que présenté en grandes surfaces / Crédits @ Zoomdici

À nos confrères de La Croix, Cécile Chapuis, qui gère l’entreprise familiale, explique que ce nom a toujours “existé“. Selon elle, celui-ci n’a jamais eu pour but de heurter qui que ce soit.

Les Stéphanois avaient pour habitude d’acheter du Négrillon, et non pas du café Chapuis. Mais nous avons tout fait pour régler immédiatement le problème.

Concède-t-elle.

Aussi, après avoir arrêté la production du café Au Négrillon, il lui faut désormais rappeler le stock encore présent dans les grandes surfaces. Une opération nécéssaire afin d’évaluer les pertes pour la petite PME.

Le Cran se félicite de la réactivité de l’héritière

Fraîchement élu à la présidence du Cran, Ghyslain Vedeux se dit satisfait. D’autant plus que l’enseigne s’est engagée à travailler avec le CRAN sur des “actions concrètes à déterminer ensemble”. Cependant, l’association qui se bat régulièrement sur ce genre de sujets, désire aller plus loin.

Ce débat sémantique autour du caractère historique d’appellation comme « négrillon » ou « des têtes de nègres » n’a plus lieu d’être. Ces noms ségrégatifs ne doivent plus apparaître. Mais aujourd’hui l’arsenal législatif ne fonctionne plus.

Explique-t-il.

Raison pour laquelle l’association porte désormais le voeu de “faire de la prévention auprès des grandes enseignes pour que cette situation ne se reproduise plus”. Pour y arriver, les membres du CRAN planchent à mettre en place une charte d’éthique au niveau national.

Publié le jeudi 23 août 2018 à 18:16, modifications jeudi 23 août 2018 à 16:11

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !