Faits divers

Paris : un jeune saute du RER pour échapper à ses agresseurs

En région parisienne, un jeune homme de 18 ans a tout risqué pour échapper à des agresseurs.

Un jeune homme a été grièvement blessé dans le RER C entre Choisy-le-Roi et la gare d’Austerlitz. L’homme originaire d’Ablon a en effet sauté du second étage d’un RER qui circulait alors à 80 km/h. Heureusement, ses jours ne sont pas en danger.

Aucun passager n’est intervenu

Que s’est-il donc passé exactement pour que ce jeune homme soit prêt à risquer sa vie ? Les faits remontent au dimanche 15 juillet, dans le RER C qui circule en direction de gare d’Austerlitz. Un jeune homme est attaqué par d’autres adolescents. Il reçoit des gifles et des coups de poing puis se fait voler son téléphone. Dans un premier temps, il s’enfuit à l’étage de la rame du RER C mais il est poursuivi par ses agresseurs. Faute d’échappatoire, il décide alors de se jeter par une fenêtre ouverte expliquent nos confrères du Parisien. Une source explique au journal que le vol n’était pas la seuleraison de l’agression, “ils se connaissaient plus ou moins”. 

La scène s’est déroulée sous les yeux de plusieurs passagers mais aucun n’a osé intervenir. En revanche, plusieurs appels ont été effectués à la police. Le jeune homme souffre de plusieurs fractures mais ses jours ne sont pas en danger selon les informations disponibles. Il est toujours hospitalisé et n’est pas en état de témoigner. Il souffre des blessures infligées par ses bourreaux mais aussi par la chute.

Les agresseurs prennent la fuite

Au moment des faits, le conducteur n’aurait pas bien compris la situation et a continué son trajet jusqu’au terminus. Les agresseurs en ont profité pour prendre la fuite. C’est le conducteur d’un autre RER qui a découvert le corps d la victime et arrêté son véhicule pour lui venir en aide.

En revanche, les forces de l’ordre ont déjà pu identifier les agresseurs grâce aux images de vidéosurveillance. Ils sont cinq, âgés de 14 ans à 17 ans et ont été interpellés mercredi dernier. Le lendemain, ils ont été placés en détention provisoire pour quatre d’entre eux. Le dernier se trouve pour l’instant sous contrôle judiciaire. Les cinq vont être poursuivis pour violence en réunion ayant entraîné une mutilation ou une infirmité permanente. Le jeune homme s’est vu prescrire 42 jours d’arrêt de travail.

Publié le mardi 31 juillet 2018 à 8:02, modifications mardi 31 juillet 2018 à 8:03

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !