Faits divers

Marseille : Un policier hors service tue un homme

Le membre des forces de l'ordre a été placé en garde à vue

Un policier hors service tue un homme à Marseille.

Une fusillade a éclaté dans le centre-ville de Marseille dans la nuit de vendredi à samedi. Devant l’entrée d’une discothèque, un policier hors service a abattu un homme après avoir été visé à de multiples reprises par ce dernier.

Les faits se sont déroulés devant une discothèque marseillaise, dans la nuit de vendredi à samedi. Après avoir été visé par plusieurs coups de feu, un policier a riposté et abattu un jeune homme de 26 ans. Hors service au moment de la fusillade, l’agent des forces de l’ordre a été placé en garde à vue.

Le policier a tiré sept coups de feu contre huit pour l’homme abattu

C’est devant une discothèque située place de l’Opéra, près du Vieux-Port, que les échanges de tirs ont eu lieu. Aux alentours de 4h30 du matin, un individu tente de pénétrer dans la boîte de nuit malgré le refus des agents de sécurité. Face à l’insistance de l’homme âgé de 26 ans, ces derniers ont fait appel à un policier hors service et client de la boîte pour mettre un terme à l’altercation.

Le policier, âgé d’une cinquantaine d’années, a d’abord été visé sans être touché, comme le rapporte le quotidien La Provence. La victime aurait en effet tiré plusieurs coups de feu avec un pistolet de calibre 7,65mm. L’agent des forces de l’ordre aurait ensuite répliqué et abattu le jeune homme. Selon Le Parisien, huit coups de feu auraient été tirés par la victime, contre sept pour le policier.

Ce dernier est en poste au sein de la sécurité publique au commissariat du 12ème arrondissement de Marseille. Le pistolet qu’il a utilisé n’était pas son arme de service mais un glock de calibre 9mm destiné au tir sportif. Le policier avait une autorisation de détention mais pas de port pour cette arme. Il a été placé en garde à vue samedi matin. Le parquet privilégierait la thèse de la légitime défense. La victime était apparemment connue pour des actes de délinquance. Une double enquête a été confiée à l’inspection générale de la police nationale (IGPN) et à la police judiciaire. Elles portent notamment sur la provenance de l’arme utilisée par le policier.

Publié le lundi 29 janvier 2018 à 16:58, modifications lundi 29 janvier 2018 à 16:59

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !